Ne pas chuter de l’avenue Sakharov en place Tiananmen

Igor Yakovenko, journaliste russe, analyse le mouvement de protestation au lendemain de la manifestation du 10 août. Ce meeting a rassemblé 60 000 personnes sur l’avenue Sakharov à Moscou. Le journaliste fait également des propositions afin que cette avenue ne se transforme pas en Tiananmen, à l’image de la place ensanglantée par les autorités chinoises en 1989.

Igor Yakovenko © Igor yakovenko

Voilà un mois que des manifestations agitent la capitale russe. Les candidats de l’opposition sont interdits de candidature aux élections de la Douma locale. Un filtre électoral les oblige à recueillir des signatures de soutien que la commission électorale, dirigée par Ella Pamfilova, invalide systématiquement. Les candidats éconduits sont Alexey Navalny, Lioubov Sobol, Ilya Yashin, Dmitry Gudkov et bien d’autres.

Le 10 août 2019, un nouveau meeting, autorisé par les autorités, s’est tenu sur l’avenue Sakharov. Malgré un temps exécrable, la saison estivale et la vague d’arrestations qui a précédé, le nombre des manifestants a été estimé à 50 000, selon les « Compteurs blancs ». Il s’agit de volontaires qui se tiennent près des portiques installés par la police à l’entrée de la manifestation. Estimant que 10 000 personnes ont contourné ces installations, le nombre total de participants évalué est de 60 000.

Le pouvoir a pris des mesures pour interdire aux leaders d’intervenir à ce meeting. Il les a arrêtés la veille. Certains, comme Alexey Navalny ou Ilya Yashin, sont en prison depuis plusieurs jours. La candidate Lioubov Sobol a été arrêtée quelques instants avant le meeting et relâchée en soirée. Son intervention, tant attendue, n’a pas eu lieu.

Le pouvoir avait également interdit aux groupes rappeur Face et Krovostok de monter sur scène. Les artistes ont défié l’interdit à la grande joie des dizaines de milliers de jeunes présents. Deux générations se retrouvent unies dans une contestation qui ne cache plus être dirigée contre Poutine lui-même. L’union de l’ancienne et de la nouvelle vague est certainement l’événement le plus important avec lequel le pouvoir devra compter désormais. Cette dynamique a permis de doubler, voire de tripler le nombre de manifestants entre le 20 juillet et le 10 août sur cette même place.

Mais le FSB a plus d’un tour dans son sac. Un rongeur a détérioré un câble électrique, privant ainsi l’assistance de son. Le gigantisme du meeting exigeait un écran géant. Le matériel n’a pas pu être loué, les autorités ayant bloqué cent comptes bancaires du fond et des collaborateurs de Navalny. La répression a réussi également à tempérer les ardeurs de certains présentateurs. Aucun d’eux ne s’est indigné sur scène lorsqu’un orateur fut arrêté dans ce meeting, dont la résolution adoptée condamne les arrestations.

Igor Yakovenko dresse des plans susceptibles de donner une chance de survie et d’élargissement à la protestation.

Selon lui, il n’y a plus de personnalité comme Andrey Sakharov ou Galina Starovoytova qui ont rassemblé les foules à la fin de l’ère soviétique. Pour être capable de démanteler le régime fasciste de Poutine, le mouvement doit avoir une direction collégiale comprenant des représentants de toute la Russie et d’émigrés, tels Garry Kasparov et Mikhail Khodortovsky. Il doit y avoir un programme de l’après-Poutine.

Dans l’immédiat, le mouvement doit venir en aide aux victimes de la répression.

Parmi ces dernières, citons Olga Messing, remarquable jeune fille, étudiante en journalisme, poursuivie pour avoir lu à haute voix la Constitution aux policiers antiémeute. Elle est également menacée d’être exclue de la faculté de journalisme de l’Université de Moscou.

 Alors que la contestation ébranle Moscou et d’autres villes russes, que des millions d’hectares de taïga sibérienne sont en flammes, qu’un accident de type nucléaire a contaminé la région d’Arkangelsk, Poutine visite en bathyscaphe le fond de la mer Baltique, parade en moto en Crimée avec les « Loups de nuit » et reste muet. Son message est clair : « Les 60 000 manifestants de la place Sakharov n’existent pas ! »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.