Les Kurdes trahis. Demain, ce sera l’Europe.

Les États-Unis ont trahi leurs alliés kurdes. Demain, ils trahiront l’Europe. C’est Dmitri Kisselev de la chaîne russe « Rossia 1 » qui vous le dit.

Après les Kurdes, à qui le tour ? © Rossya 1

Le présentateur vedette Dmitri Kisselev prévient : « Les Kurdes ont fait un mauvais choix en choisissant les USA comme protecteur en Syrie. Les Américains les ont trahis une nouvelle fois. Et ils trahiront leurs alliés européens ».

 Dmitri Kisselev jubile. Son sarcasme non dissimulé s’adresse à la Pologne inquiète, à l’Ukraine, aux pays baltes, à la Géorgie et à toute l’Europe. Si les États-Unis abandonnent les Kurdes d’une manière aussi désinvolte, ils se défileront face à la puissance nucléaire russe en cas de crise.

L’Europe entière doit comprendre le message de cette trahison des États-Unis. Elle doit elle-même organiser sur son territoire un système de défense collective.

La défaillance américaine encourage l’agresseur russe dans une nouvelle guerre avec ses voisins. Toutes les guerres faites par Poutine ont relancé sa cote de popularité. La guerre est un moyen pour lui de se maintenir au pouvoir en jouant avec les sentiments post-impériaux dominants parmi les nostalgiques de l’empire déchu. Ces derniers n’ont pas encore digéré l’effondrement de l’URSS. Les pays frontaliers avec la Fédération de Russie sont en danger. Si nous ne nous organisons pas collectivement, ils seront à nouveau agressés.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.