Programme de l’opposition démocratique russe.

Le programme est conçu pour être mis en œuvre après le changement de pouvoir, c’est-à-dire après la révolution démocratique. Ce programme décrit les fondements de la démocratie. Il est destiné à éliminer les problèmes, causes de l’abandon des principes démocratiques.

I. Politique
Idéologie proposée : la démocratie, c’est-à-dire le pouvoir du peuple. Le but principal est de créer des conditions nécessaires à la gouvernance du pays par le peuple. La monopolisation du pouvoir est inacceptable. Ni sous la forme d’une monarchie ni sous la forme d’un système à parti unique.

Les trois composantes principales de la démocratie : des élections honnêtes, des tribunaux indépendants et des médias libres.

Les élections doivent avoir lieu dans des circonscriptions à mandat unique, c’est-à-dire sur la base du système majoritaire. Chaque candidat doit affronter les électeurs et être élu de façon autonome. Après avoir remporté l’élection, les candidats ont le droit de former des partis, mais pour se présenter aux élections, les listes de partis sont interdites. Le système majoritaire exclut comme il se doit la suppression du seuil minimum pour les partis ou les blocs. Plus précisément, le seuil minimum est égal au score requis, soit à la majorité des voix recueillies par un candidat pour être élu uniquement dans sa circonscription.

Rétablissement des élections directes des gouverneurs et des maires des villes. Progressivement, dans les régions mise en place des chefs de police et des instances judiciaires.

Le pays sera géré par un système parlementaro-présidentiel, avec un accent sur la prise de décisions par le parlement, c’est-à-dire la Douma. La deuxième chambre de l’Assemblée fédérale, à savoir le Conseil de la Fédération, sera dissoute. Les pouvoirs du président seront fortement limités. Il sera fait des amendements à la Constitution dans ce sens : le président sera privé du droit de nommer les juges, les procureurs, le chef de la Banque centrale, les représentants diplomatiques et les gouverneurs. Ces pouvoirs passent au parlement.

Le président ne peut pas être élu plus de deux fois. Les mandats seront réduits à quatre ans. Les députés de la Douma seront élus pour quatre ans.

Décentralisation du pouvoir. Il est nécessaire de répartir de manière relativement uniforme la gestion des institutions de pouvoir dans les grandes villes. La concentration du pouvoir dans la capitale seule est inacceptable.

La Justice. La Justice est indépendante. Sur le plan organisationnel, la justice doit être autonome, similaire à l’auto-organisation du barreau des avocats. Tous les juges ont le même statut. Le poste du président du tribunal est aboli. Les juges suprêmes, lors de la première étape des réformes, sont approuvés par la Douma, les suivants seront élus.

Les médias. La censure politique est interdite. Les médias de masse fonctionnent sur la base du code en vigueur du journalisme.

Droits et libertés. La liberté de rassemblement pacifique est rétablie. L’interdiction à caractère politique est proscrite. L’utilisation de l’armée à l’encontre des manifestations politiques et pacifiques est interdite.

Les fonctionnaires : transparence financière complète des fonctionnaires à tous les niveaux. La confidentialité des revenus des fonctionnaires est interdite. L’article n° 20 de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la corruption est ratifié. En conséquence, si les dépenses d’un fonctionnaire excèdent ses revenus, il est engagé des poursuites pénales contre lui.

Suppression de l’immunité des fonctionnaires à tous les niveaux. Selon la Constitution, tous les citoyens de Russie sont égaux devant la loi, par conséquent, en cas de violation du code pénal ou administratif, toute personne, quel que soit son statut, doit être tenue responsable immédiatement, sans attendre la fin de son mandat.

Suppression du « paquet social » complémentaire des fonctionnaires, c’est-à-dire que le fonctionnaire devra s’acquitter du coût de tous les services non attribués à un citoyen ordinaire. Dans la pratique, cela signifie que les fonctionnaires paient de leur poche à des tarifs commerciaux leur logement, les soins médicaux supplémentaires, leurs congés, la protection sociale supplémentaire, les aides d’assistance fournie par l’État, les transports et autres services.II. L’économie
Il est mis l’accent principal sur le soutien à l’entreprise. C’est elle qui nourrit le pays. La tâche des fonctionnaires à tous les niveaux est de promouvoir le développement des entreprises.

La propriété privée est inaliénable. L’une des principales tâches de l’État et des fonctionnaires est la protection de la propriété privée.

La Terre. Les terres peuvent être publiques ou privées. Après le changement de pouvoir, la tâche est de développer l’institution de la propriété privée des terres et des exploitations agricoles.

Sous-sol. Les minéraux et les ressources naturelles appartiennent au peuple. Les entreprises minières retirent uniquement leur profit de l’exploration, de l’extraction, de la transformation et du transport de ressources minérales et matières premières. Le profit de la vente des ressources naturelles va au trésor.

La moitié des prélèvements fiscaux doit rester dans les régions. La collecte de la majorité des taxes et impôts par l’administration centrale et leur répartition ultérieure par régions est inacceptable. D’où le principe de l’octroi de subventions nulles aux régions. Chaque région doit subsister avec ses revenus. Une exception est faite pour aider les budgets fédéraux des régions qui sont victimes de catastrophes naturelles ou technologiques.

Mise en œuvre de la politique d’inflation zéro. L’émission de monnaie superflue est interdite.

Annulation des zones exonérées d’impôt sur le territoire de la Russie. En cas de nécessité de développer certains territoires, technologies ou sphères économiques, un programme ciblé est développé et approuvé en leur faveur.

Minimiser la participation de l’État aux activités commerciales. Les moyens de production, en règle générale, ne devraient pas appartenir à l’État.

Le budget du pays doit être transparent. Les éléments de dépenses devraient être limpides pour le citoyen ordinaire, car il doit comprendre à quoi son argent est destiné.

Sphère sociale. La moitié du budget du pays doit être destinée pour résoudre les problèmes sociaux.

Autonomie locale. Le budget du gouvernement local doit être égal à 10 % du budget régional.

Politique de migration. Réalisation du principe selon lequel un permis de séjour est accordé à tout étranger capable de prouver son intégrité. Les visas sont introduits comme une mesure de rétorsion pour les pays qui exigent des visas aux citoyens russes.

L’enregistrement obligatoire sur leur lieu de leur résidence des citoyens russes est interdit, c’est-à-dire que tout citoyen de Russie a le droit de résider dans n’importe quelle localité du pays sans inscription obligatoire. Seule l’inscription volontaire est nécessaire, nécessaire pour participer aux élections, recevoir des prestations et avantages, traiter des documents, etc.

En conclusion. L’objectif principal des réformes est de remettre le pouvoir au peuple. Il doit démontrer que les personnes peuvent et doivent gérer l’État, et que la qualité de vie ne dépend que de leur activité !

Le programme ne mentionne pas l’épuration et la poursuite judiciaire des personnes qui ont usurpé le pouvoir. Il faudra, bien sûr, effectuer ces procédures, mais leur description fait référence à un sujet distinct.

De nombreux éléments du programme ne sont pas détaillés, car le but de ce programme n’est pas de décrire les principes de la construction d’un état idéalement démocratique, mais de mettre en œuvre des tâches prioritaires après le changement de pouvoir. Pour la même raison, le programme ne contient pas de slogans populistes qui promettent une médecine, une éducation et un logement gratuits, des salaires élevés, une retraite décente, des taxes et charges locatives faibles, une protection totale contre la délinquance, un chômage nul, une nature propre, etc.

Ce programme est une feuille de route qui doit être réalisée au cours des deux premières années suivant la révolution démocratique.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.