Non à la rencontre de Macron avec Poutine

Macron doit rencontrer Poutine au fort de Brégançon en marge du G7 de Biarritz. Cette rencontre renforce le dictateur russe sur la scène tant internationale qu’intérieure et cela au détriment de toutes ses victimes.

Non à la rencontre Macron / Poutine © Pierre HAFFNER

Pour des intérêts occultés liés à ceux de la finance qu’il représente, le président français Macron s’apprête à vendre à son « Cher Vladimir » les intérêts de ses victimes ukrainiennes et l’opposition russe

 Cette rencontre renforce la stature du dictateur affaibli sur la scène internationale. Il s’agit d’une traîtrise semblable au dernier vote français en faveur de la réintégration de la Russie au Conseil de l’Europe. La poignée de main que Macron donnera à Poutine lui permettra de commettre de nouvelles agressions, dont le prix sera de nouvelles centaines de milliers de victimes. En serrant la main de son « Cher Vladimir », Macron ensanglante les siennes.

 Cette rencontre sera une bouée de sauvetage alors que le régime chancelle et touche à sa fin. Le 10 août dernier, l’opposition a rassemblé 60 000 personnes à Moscou le 10 août, chiffre inégalé depuis 1992.

Les images de cette rencontre, Macron/Poutine, seront exploitées par la propagande du Kremlin pour démontrer que le dictateur est fréquentable.

 Macron, le banquier, trahit les peuples et la paix pour les affaires et de l’argent. Comme à l’époque soviétique, le Kremlin achète des soutiens politiques en corrompant les politiques et les particuliers dont Alexandre Benalla ami de Macron et taupe russe.

 Il n’y aura pas de justice sans châtiment.

La rencontre de Macron avec Poutine ne doit pas avoir lieu. Poutine doit être arrêté et livré à une justice internationale pour y être jugé. En premier lieu pour les crimes commis en Tchétchénie, où les forces politiques et militaires russes ont assassiné 300 000 personnes, dont 42 000 enfants.

Pierre HAFFNER.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.