Torture et sadisme au Donbass.

Le « Monde russe » de Poutine mobilise les sadiques. Ce peuple, déshumanisé par les horreurs des conflits incessants de Tchétchénie à la Syrie, ne semble n’avoir plus aucun sentiment et qu’un seul moyen d’expression : la violence. Comme d’autres parias, le russe « Olkhon », résident de Novossibirsk, sévit en Ukraine.

Torture au Donbass © Olkhon

« Olkhon » © VKontakte « Olkhon » © VKontakte
Le bourreau « Olkhon » n’est pas considéré comme un marginal en Russie. Sa page VKontakte ,sous le nom de Vassily Petrovich, possède 5.067 abonnés. Malgré tous les crimes qu’il a commis, « Olkhon »  est toujours libre. Il poursuit ses exactions.

Alexey Frumkin © VKontakte Alexey Frumkin © VKontakte
L’homme que « Olkhon »   torture sur cette vidéo est Ukrainien, habitant du Donbass. Il s’appelle Alexey Frumkin. Il a 42 ans. Il était chauffeur de taxi. En 2014, soupçonné de posséder quatre litres de drogue chez lui, il a été arrêté par les milices russes et non par la police comme il se doit. Cette vidéo est la dernière image que l’on a de Alexey Frumkin. En dépit des recherches de ses proches et amis, son corps n’a pas encore été retrouvé.

Voici ce que nous pouvons entendre sur cette  vidéo:

  • 58 - Trafiquants de drogue, venez-en en République du Donetsk !
  • 19 - Son corps va maintenant être battu à mort. Il peut nous donner tous
  • les trafiquants de drogue, mais il sera quand même battu à mort.
  • 00 - Il se chie dessus. Il pense que c'est une circonstance atténuante. Ces gens qui se chient dessus, on les achève sur place.
  • 21 – Le fouet s’est cassé. Le bourreau change de fouet.
  • NB : une personne torturée subit un choc. Les intestins et les muscles se relâchent. 

 

Prise d'écran. © Novaya Gazeta Prise d'écran. © Novaya Gazeta
Cette violence est la honte du « Monde russe » que Poutine propose. Les dernières révélations faites par « Novaya Gazeta » ont ébranlé l’opinion publique mondiale également. On y voit des mercenaires russes de la société militaire privée « Wagner » torturer et immoler un prisonnier syrien. Cette folie meurtrière russe a déjà tué 300.000 Tchétchènes, des milliers de Géorgiens, d’Ukrainiens, de Syriens. À qui le tour ?

 150.000 Russes, ayant une instruction militaire et le baptême du feu, sont prêts à s’enrôler dans les multiples sociétés militaires privées russes: Wagner, Patriot, MAR, ENOT, Slaviansky corpus, RSB, etc. Celles-ci ont besoin d’hommes sur les théâtres d’opérations les plus divers pour la politique étrangère de Poutine : au Donbass ukrainien, en Syrie, en Libye, au Soudan, en République centrafricaine, au Mozambique. En mars 2019, 100 hommes et 25 tonnes de matériel ont été envoyés au Venezuela pour soutenir des alliés du Kremlin . Les contrats paramilitaires proposent des soldes 10 fois supérieures aux salaires civils. Cette offre est alléchante dans les campagnes russes désolées en période de crise économique. La Russie de Poutine exporte la barbarie. Un de ses héros, Motorola, se vantait d’avoir torturé et exécuté 12 prisonniers ukrainiens.

 Syndrome afghan oublié, la Douma russe vient d’autoriser l’envoi des appelés à l’étranger. La jeunesse est militarisée dès la plus petite enfance. Comme le « monde allemand » de Hitler, le «  monde russe » de Poutine a besoin de chair à canon.

 Dans les pays occidentaux, les agents des services de renseignements russes ont créé des réseaux d’entraînement à l’art martial des spetsnaz « Systéma ». On y apprend le maniement du couteau et des armes à feu. Les personnes recrutées dans ces centres seront les taupes combattantes russes sur leur propre territoire national, France comprise.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.