Non aux ratonades franco-russes anti-tchétchènes.

Macron envoie son nouveau flic, Damarin, négocier avec les terroristes du Kremlin, pour leur vendre au meilleur prix les réfugiés politiques russes en France. On ne livre pas des opposants politiques à des terroristes, furent-ils eux mêmes terroristes.

Les terroristes aont au Kremlin. © Pierre HAFFNER
Macron envoie son nouveau flic, Damarin, négocier avec les terroristes du Kremlin, pour leur vendre au meilleur prix les réfugiés politiques russes en France. On ne livre pas des opposants politiques à des terroristes, furent-ils eux mêmes terroristes.

Cette rencontre a lieu au moment ou la Russie est condamnée internationalement pour avoir poursuivi secrètement la production d’armes chimiques de la classe Novitchok. Elle a utilisé ce poison violent aussi bien en Russie qu’à l’étranger pour éliminer des opposants politiques. En Russie, la dernière victime est Alexey Navalny.

Le procès qui se déroule en Hollande actuellement met en évidence que c’est un missile russe, servi par des militaires russes, qui a abattu en 2014 le Boeing malaisien au-dessus du Donbass, causant ainsi la mort de 289 personnes.

Alors que la Russie est isolée sur le plan international pour ses actes terroristes, que la répression politique s’abat avec une force inouïe contre l’opposition depuis l’époque soviétique, Macron pense qu’il s’agit du meilleur moment pour vendre des Tchétchènes au Kremlin :

Restituer des opposants politiques russes à leurs bourreaux, Poutine et Kadyrov, c’est les condamner à la torture et à la mort.

Le monde politique français pense tirer parti de cette hystérie anti-tchétchène, l’extrême droite et Mélenchon en tête. Rappelons-leur les faits :

La Fédération de Russie a fait deux guerres contre la Tchétchénie indépendante pour la soumettre. Ces deux guerres ont tué 300.000 personnes, dont 45.000 enfants et 50.000 Russes. Après une victoire militaire totale, Poutine a installé la dynastie Kadyrov a la tête de la Tchétchénie soumise. Aujourd’hui, le dictateur Ramzam Kadyrov, fils adoptif de Poutine, fait régner la terreur dans cette partie du Caucase russe : enlèvements, tortures, exécution extrajudiciaire.

Assassinat de Zelimkhan à Berlin © The gardian. Assassinat de Zelimkhan à Berlin © The gardian.
Les réfugiés tchétchènes en France ne sont pas des réfugiés économiques, mais politiques. Ils ont été chassés par la guerre, par des régimes dictatoriaux avec lesquels la France entretient des relations qui déshonorent notre pays.

On ne livre pas des opposants politiques à des terroristes, furent-ils eux mêmes terroristes. Mais, il est à penser que le Kremlin cherche à saisir l’occasion de récupérer des opposants politiques. Ce sera plus propre que d’ordonner leur assassinat en territoire étranger, comme ce fut le cas pour des dizaines d’entre’eux. Une dernière victime est Zelimkhan Khangoshvili assassiné par un Spetsnaz russe à Berlin l’an dernier.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.