Liberté pour Marc Galpérin!

L’opposant russe Marc Galpérin a été arrêté à nouveau le 12 juin 2017 alors qu’il s’appétait à rejoindre le rassemblement anticorruption d’Alexey Navalny sur l’avenue Tverskaya à Moscou. Il a été condamné à 15 jours de prison. Mais le pouvoir l’a inculpé dans une affaire d’extrémisme qui le rend passible de cinq ans de prison.

Libérez Marc Galpérin © B l,

Il y a deux ans, j’ai rencontré Marc Israelovitch Galpérine sur le pont Nemtsov à Moscou. Sur cet ouvrage qui enjambe la rivière de Moscou, le 27 février 2015, le leader de l’opposition démocratique, Boris Nemtsov, a été assassiné de cinq balles dans le dos. Depuis, des volontaires veillent jour et nuit le mémorial temporaire détruit régulièrement par les autorités. C’est un lieu de rassemblement de l’opposition démocratique à Poutine.

Marc Galpérin soutient une révolution démocratique pacifique en Russie. Il pense que le système de gestion autocratique et autoritaire du pays doit cesser. Avec un groupe de volontaires, il avait organisé tous les samedis une forme de protestation par piquets individuels au centre de Moscou. Les affiches brandies par les militants appelaient à une révolution démocratique. Malgré le respect des règles draconiennes imposées par les lois liberticides promulguées par Poutine, les séances de pose en piquets se sont terminées systématiquement par des arrestations et des condamnations. Les différents séjours effectués par Marc Galpérine derrière les barreaux varient de 15 à 30 jours.

Marc Galpérin est également l’un des initiateurs du mouvement pluraliste appelé : « Nouvelle opposition ». Il unit des démocrates, des libéraux, des nationalistes et toute personne désireuse de les rejoindre. Tous les dimanches, une marche unit ces militants. Ils descendent en groupe la rue Tverskaya pour rejoindre le pont Nemtsov en traversant la Place Rouge. Une halte appelée « microphone libre » a lieu sur la Place du Manège, face au Kremlin. Quiconque peut prendre la parole. Poutine est vivement critiqué à cette occasion.

Personnellement, Marc Galpérin commentait également régulièrement l’actualité politique sur la Place Rouge, sur fond de mur du Kremlin. Sur les vidéos enregistrées par Olga Sapronova de Gradus-TV, il traitait de bandits les locataires de cette forteresse

Face à cet opposant inflexible, le pouvoir a manigancé une agression plus perfide. Le 7 février au petit matin, un fort détachement d’hommes masqués entreprenait à la tronçonneuse électrique la découpe de la porte de l’appartement de Marc Galpérin. C’était le FSB qui voulait l’interroger en qualité de simple témoin dans une affaire d’extrémisme. Marc a tenté de fuir en sautant du balcon. Malgré cela, il a été arrêté au pied de son immeuble. Olga Sapronova a été également arrêtée et transportée, comme Marc à Lubyanka, pour interrogatoire. Ils ont été relâchés dans la soirée. On n’en sera pas plus sur cette affaire, car le FSB a imposé aux personnes arrêtées et à leur avocat de signer une obligation de non-divulgation. Cette contrainte les empêche de se défendre.

Le lendemain de sa dernière arrestation du 12 juin, Marc a été inculpé dans cette affaire d’extrémisme. Il risque cinq ans de prison. Cela veut dire qu’on risque fort de ne plus le revoir avant cinq ans.

Marc Galpérin est un intellectuel pacifique qui lutte pour la démocratisation de la Russie. Il n’a rien à faire en prison. Il faut exiger sa libération immédiate. Il doit pouvoir continuer son activité politique non violente en faveur de la démocratisation de la Russie et de sa libération de la dictature de Poutine.

Sur cette vidéo faite lors d’un déplacement de Moscou en Ukraine, j’ai enregistré mes impressions et opinions. Nous devons soutenir les démocrates russes. Eux seuls peuvent garantir le retour de la paix en Europe.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.