Pierre HAFFNER
Blogueur russe.
Abonné·e de Mediapart

735 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 juil. 2019

Pierre HAFFNER
Blogueur russe.
Abonné·e de Mediapart

Moscou, le filtre électoral mène les candidats en prison.

Les candidats d’opposition aux élections du conseil municipal de Moscou sont interdits de candidatures par la commission électorale. Alexey Navalny et Marc Galpérin ont été condamnés à 30 jours de prison. Le domicile de Dmitry Gudkov a été perquisitionné. D’autres candidats déboutés sont poursuivis. Une nouvelle vague de répression se profile en Russie.

Pierre HAFFNER
Blogueur russe.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le candidat Ilya Yashin frappe à la porte de la Mairie de Moscou qui lui a été fermée. © Victoria Odisonova, Novaya Gazeta

Une trentaine de candidats ont été interdits d’élections municipales à Moscou. Elles se dérouleront le 8 septembre. La saison estivale n’est pas le meilleur moment pour une campagne, mais le calendrier électoral est ainsi en Russie. Un filtre impose aux candidats de recueillir des soutiens, sinon leur candidature est invalidée. La commission électorale effectue une expertise « graphologique » des signatures. Elle les invalide sous des prétextes les plus futiles. Par exemple: le zéro (0) absent, que ne recopie pas le programme « Exel » lorsqu’il est situé en tête des dates ou des numéros des pièces d’identité, les erreurs effectuées par la commission elle-même. Les conclusions des experts, dont on ne connaît pas la qualification, priment malgré le témoignage des pétitionnaires. Le procédé de vérification n’obéit à aucun protocole. Il est totalement opaque.

Au cours de la semaine écoulée, des manifestations spontanées ont surgi sur la place Trubnaya à Moscou. Samedi dernier, un meeting autorisé par le pouvoir a rassemblé plus de 22.000 personnes sur l’avenue Sakharova. On n’avait pas vu cela depuis 2012. Le pouvoir est resté relativement passif, mais pas pour longtemps. Alexey Navalny et Marc Galpérin ont été condamnés à 30 jours de prison pour avoir appelé à manifester le 27 juillet devant la Mairie de Moscou, Alexandre Archagov à 10 jours, Oleg Stepanov à 8 jours.

Des rassemblements ont eu lieu spontanément devant le bâtiment de la commission électorale qui réfute les candidatures. Accusés de bloquer le travail de cette dernière, des militants sont poursuivis avec des articles plus répressifs du Code pénal. Sont recherchés pour interrogatoire  Alexandre Saveliev, Ivan Zhdanov, Nikolay Balandin, Julia Galyamina et  Dmitry Gudkov. Son père, Gennady, ancien député de la Douma d’État, a déjà été interrogé. Lioubov Sobol a été arrêtée hier soir ( vidéo). Une voiture de police stationne au pied de l’immeuble de Ilya Yashin qui a eu la sagesse de ne pas retourner chez lui pour le moment. Les autres candidats écartés qui insisteraient pourraient non seulement ne pas pouvoir se présenter aux élections, mais se retrouver en prison.

En écartant les candidats contestataires, le pouvoir entrave l’entrée des opposants au parlement de Moscou. Ils deviennent du gibier pour la machine répressive destinée à intimider toute contestation. Mais nous ne sommes plus au zénith du pouvoir de Poutine en Russie. Dans le contexte actuel, la terreur pourrait se retourner contre ceux qui l’ont déclenchée.

Arrestation de Lioubov Sobol devant la Commission électorale © Sobol

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac