Les services secrets russes à nos trousses.

Nous enquêtons sur la guerre secrète de Poutine en Ukraine. Nous révélons la liste des citoyens russes morts au combat dans ce pays. Ces travaux, appelés « Colis 200 », sont dirigés par Héléna Vassilieva. Ils avaient été commencés par Boris Nemtsov assassiné. Maintenant, Le Kremlin nous pourchasse à l’étranger pour nous réduire au silence. Les insultes pleuvent.

Persécussions d'oposants russes © Pierre HAFFNER

Le Kremlin a lancé ses meutes aux trousses de Héléna Vassilieva, opposante russe réfugiée en Finlande. Dans la masse, des Tchékistes plus ou moins diplômés, des diplomates, paradiplomates, mais aussi des agents au du bas-goût solidement ancré.

Héléna Vassilieva poursuit les travaux de Boris Nemtsov assassiné devant leur Kremlin pour avoir dénoncé la guerre secrète de Poutine en Ukraine. À guerre secrète : morts secrets ! Poutine a déclaré secret d’État les pertes militaires en temps de paix. « Pas de morts = pas de guerre ».

Héléna Vassilieva recense plus de 3 000 citoyens de la Fédération de Russie tombés dans le Donbass ukrainien. Ses travaux s’appellent « Colis 200 » du nom de code des cercueils ramenés d’Afghanistan à l’époque soviétique. Elle a été contrainte de s’exiler de Russie pour des raisons de sécurité.

Poutine est prêt à assassiner Héléna Vassilieva, comme il a assassiné Boris Nemtvov et bien d’autres personnes, pour s’opposer à la manifestation de la vérité et de ses crimes.

Le Kremlin a recruté des personnages à la moralité douteuse pour déclencher une campagne de haine contre Héléna Vassilieva et ses collaborateurs, Nadejda Petrova, Valery Antonov, moi-même et bien d’autres. Les insultes les plus odieuses pleuvent : agent de la synagogue, juiverie, pédophile, etc.

Pour ma part, j’ai déposé plainte auprès du procureur de la République de Bayonne contre Oleg Aliev et Natalia Anissimova domiciliés en Finlande et Viacheslav Ossievsky résidant en Espagne. Cette plainte a été enregistrée. La justice doit à présent enquêter et élucider le complot qui nous vise. IL semble avoir ses commanditaires au Kremlin.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.