Persécution des Tatars de Crimée par l’occupant russe

La Cour suprême de Russie a condamné 5 Tatars de Crimée, supposés être membres de la congrégation pacifique musulmane « Hizb ut-Tahrir », à 65,5 ans au total dans une prison de haute sécurité.

Véra Lavréshina © Silidarité de Crimée

La Cour suprême de Russie a condamné 5 Tatars de Crimée, supposés être membres de la congrégation pacifique musulmane « Hizb ut-Tahrir », à 65,5 ans au total dans une prison de haute sécurité.

Selon une pratique contraire au droit international, mais courante des autorités russes, les accusés ont été déportés de Crimée occupée en Russie. Ils ont assisté par vidéoconférence depuis le centre de détention de Taganrog à leur procès. La Cour suprême a confirmé des peines de prison ferme comme en première instance :

  • Abdullaev Teymur — 16 ans 6 mois.
  • Abdullaev Uzeyir — 12 ans 6 mois.
  • Ismailov Rustem — 13 ans 6 mois.
  • Dzhemadenov Emil — 11 ans 6 mois.
  • Salernov Ayder — 11 ans 6 mois.

Selon les avocats, il n’y a pas eu une seule preuve d’implication des accusés dans un seul acte terroriste.

 Dans le cadre des « affaires Hizb ut-Tahrir », plus de 60 personnes ont été arrêtées et condamnées pour avoir lu des livres déclarés « interdits » dans la seule Fédération de Russie. Certaines peines dépassent les 20 ans de prison

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.