La Vérité officielle de Poutine.

On ne juge pas les vainqueurs, même 80 ans plus tard. Avis aux Historiens ! Lors d’une réunion du Conseil présidentiel pour la culture, Vladimir Poutine a soutenu la proposition d’interdire légalement la comparaison entre l’Allemagne nazie et l’URSS.

La loi encadre la vérité. © Site présidentiel russe
La députée du parti « Russie unie », Yelena Yampolskaya, a proposé à la Douma d’État d’encadrer la liberté de la presse par une loi répressive interdisant de réécrire l’histoire officielle de la Deuxième Guerre mondiale.

« Si les rédacteurs en chef de nos maisons d’édition manquent d’intelligence, de conscience et de goût pour supprimer certains passages, ils devraient être aidés par la législation. Il me semble que nous avons le droit moral de préciser la loi lorsqu’il s’agit de la profanation de notre mémoire historique.

Je crois qu’il est nécessaire d’introduire dans la loi une norme interdisant dans les déclarations publiques d’identifier les objectifs, les décisions et les actions des dirigeants, du commandement et des militaires soviétiques avec ceux du commandement et des soldats nazis pendant la Deuxième Guerre mondiale ».

Vladimir Poutine a approuvé : « Je suis d’accord avec ces propositions ». Selon l’officier du KGB devenu président à vie, Dieu lui-même nous a probablement ordonné d’inclure ces mécanismes appropriés pour protéger la vérité sur un passé très récent.

Après l’introduction dans la Constitution d’une interdiction de « déprécier la signification des actes héroïques du peuple dans la défense de la patrie » , un département spécial a été créé pour lutter contre la falsification de l’histoire. Les députées Yarovaya et Yampolskaya s’empressent d’affiner le cadre juridique afin de « mettre un frein aux insultes à la mémoire des grands-pères ». 

Brest, 22/09/ 1939. Parade commune soviéto-nazie © Wikepidea Brest, 22/09/ 1939. Parade commune soviéto-nazie © Wikepidea
En Russie, depuis 2014, l’article 354.1 du Code pénal (réhabilitation du nazisme) pénalise la « diffusion d’informations délibérément fausses sur les activités de l’URSS pendant la Seconde Guerre mondiale ». Il est interdit d’affirmer que l’URSS et l’Allemagne nazie sont coresponsables du déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale par l’attaque coordonnée la Pologne selon le Pacte Ribbentrop – Molotov. Cette affirmation nie les faits établis par le jugement du tribunal militaire international de Nuremberg qui n’a condamné que les nazis.

On ne juge pas les vainqueurs, même 80 ans plus tard. Avis aux Historiens !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.