Pierre HAFFNER
Blogueur russe.
Abonné·e de Mediapart

735 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 juil. 2019

La Sibérie brûle dans l’indifférence

3,3 millions d’hectares de taïga ont été déjà emportés par les flammes. Le feu progresse de 183 000 hectares par jour. Indifférent à cette catastrophe écologique, Poutine s’est immergé au fond de la mer Baltique à bord d’un bathyscaphe.

Pierre HAFFNER
Blogueur russe.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La taïga sibérienne brûle inexorablement. Les centaines d’incendies recensés ont progressé la semaine dernière sur 1,4 million d’hectares en détruisant toute vie. Les pompiers locaux ne disposent d’aucun moyen sérieux pour faire face au cataclysme. Loin des fumées, le président Vladimir Poutine s’est immergé, à bord d’un bathyscaphe, vers les fonds de la mer Baltique. Moscou est indifférent aux malheurs de cette lointaine région qui fait pourtant sa richesse. Le pouvoir qualifie cette calamité de naturelle. Il espère que la nature y mettra elle-même fin. On ne prévoit pas de pluie avant plusieurs semaines. Combien de centaines de milliers ou de millions d’hectares de taïga brûleront d’ici là ? Les représentants du gouvernement ont déclaré qu’il n’est pas rentable d’éteindre ces incendies avec des technologies sophistiquées. Par contre, il est rentable d’exploiter le pétrole, le gaz, le nickel, et maintes ressources naturelles de Sibérie, dont le bois, mais il n’est pas rentable d’investir dans l’écologie de ce quasi continent, selon Moscou.

27 juillet 2019, Poutine en mer Baltique © Kremlin

Dans les 500 villes enfumées, le nombre de personnes ayant besoin d’assistance médicale progresse. Les aéroports ferment. La superficie du territoire pollué a déjà atteint 4,5 millions de km2, soit neuf fois la France. La fumée a franchi l’Oural et a atteint Kazan et la Volga, ainsi que les régions du Kazakhstan. Sur un vaste territoire allant de la Sibérie orientale jusqu’à la Volga, la population est contrainte d’inhaler des produits de combustion toxiques, dont le monoxyde de carbone.

La destruction de la taïga sibérienne se poursuit à grands pas depuis des années. Elle a été livrée aux sociétés chinoises qui la rasent sans pitié. Les grumes exportées en Chine sont ensuite débitées et transformées en produits finis vendus dans le monde entier. Le rythme de la déforestation silencieuse de la Sibérie est le double de celle dénoncée en Amazonie. Pourtant ces deux forêts sont le poumon d’une même planète.

1941, les troupes sibériennes sauvent Moscou © Wikepidea

On se souvient qu’en novembre 1941, ce sont des troupes amenées de Sibérie qui avaient sauvé Moscou devant la menace allemande. En 2019, Moscou reste impassible alors que la Sibérie est dévorée par les flammes. La capitale coloniale n’enverra pas un seul de ses 400.000 hommes de la Garde nationale pour sauver sa région. Ils sont si occupés actuellement à mater la population et ses aspirations d’élections démocratiques.

Il est temps que la Sibérie se fédéralise afin qu’elle rompe avec son statut colonial. Elle doit avoir son propre parlement et budget. Ce que je viens d’écrire est une atteinte à l’intégralité territoriale de la Fédération de Russie, délit passible de cinq ans de prison. En Russie, on peut revendiquer la fédéralisation de l'Ukraine, mais pas celle d'une région de Russie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo