Mourir pour Suwalki ?

Les médias de Poutine diffusent la haine, prélude à une nouvelle guerre dont le couloir de Suwalki sera le théâtre. En 1939, sous des prétextes identiques de revendications linguistiques et territoriales, face à des Occidentaux trop passifs, la guerre Deuxième Guerre mondiale avait été déclenchée dans cette région.

TV de Poutine. © ROSSIA 24

Les médias de Poutine diffusent la haine, prélude à une nouvelle guerre dont le couloir de Suwalki sera le théâtre. Situé au nord-est de la Pologne, il relie l’Europe occidentale aux pays baltes. En 1939, sous des prétextes identiques de revendications linguistiques et territoriales la guerre Deuxième Guerre mondiale avait été déclenchée dans cette région.

« ROSSIA 24 » a encore aujourd’hui tenté de provoquer des conflits linguistiques et territoriaux en la Pologne. La langue biélorusse serait, selon elle, opprimée en Pologne. En réalité, la langue biélorusse est liquidée en Biélorussie même par son propre président, Alexandre Loukachenko. Il ne s’exprime qu’en russe comme toute son administration. Il a donné au russe, langue d’une puissance étrangère, le statut de langue officielle en Biélorussie.

Le biélorusse est de l’ukrainien à 90 %. Poutine combat l’ukrainien en Ukraine, mais défend le biélorusse en Pologne. Étrange !

En ce qui concerne les questions territoriales, rappelons qu’en 1939, c’est l’Union soviétique et son alliée, l’Allemagne nazie, qui ont envahi la Pologne, et non le contraite. L’Allemagne a restitué les territoires. L’URSS, non. La Russie occupe toujours la Prusse orientale. Rappelons également que des milliers de militaires polonais ont été assassinés dans les bois de Katyn près de Smolensk.

Les médias russes diffusent mensonges et haine pour préparer les guerres de Poutine. Il en fut ainsi pour les guerres en Tchétchénie, Géorgie, Ukraine, Syrie.

Poutine est convaincu que les Occidentaux refuseront de mourir pour le couloir de Suwalki, comme ils avaient refusé de mourir pour celui de Dantzig, face à Hitler. Poutine est un Hitler nucléaire. Personne ne l’affrontera. Comme pour l’annexion de la Crimée, l’Occident observera passivement.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.