Pierre Haroche
Chercheur en Science politique
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 mai 2015

Journée de l’Europe : avant Schuman, il y avait… Sully

La journée de l’Europe célèbre la déclaration Schuman du 9 mai 1950 comme l’acte fondateur de la construction européenne. Cependant, cet épisode est loin de constituer le premier projet français en la matière. Le premier remonte en effet au duc de Sully, ministre du roi Henri IV.

Pierre Haroche
Chercheur en Science politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La journée de l’Europe célèbre la déclaration Schuman du 9 mai 1950 comme l’acte fondateur de la construction européenne. Cependant, cet épisode est loin de constituer le premier projet français en la matière. Le premier remonte en effet au duc de Sully, ministre du roi Henri IV.

Connu sous le nom de « Grand dessein », le projet nous est rapporté dans les Mémoires de Sully. Il visait à transposer au niveau européen la concorde politique et religieuse que l’Edit de Nantes de 1598 avait cherché à établir au niveau français.

Il s’agissait de placer à la tête des affaires du continent un « Conseil-Général de l’Europe » composé de Commissaires désignés par les différents souverains. Les grands Etats comme la France, l’Espagne ou l’Angleterre devaient y envoyer quatre Commissaires, les petits Etats, deux seulement. Il était prévu que les réunions se tiennent dans une ville du cœur de l’Europe comme Metz, Luxembourg, Cologne, Francfort ou Strasbourg.

Le Conseil-Général aurait eu mission de pacifier les conflits et de traiter toutes les affaires civiles, politiques ou religieuses de l’Europe. Et chaque Etat devait fournir son quota de troupes afin de former une armée européenne. Selon Sully, le projet ne fut avorté que du fait de l’assassinat d’Henri IV, le 14 mai 1610. Néanmoins, les historiens suspectent Sully de l’avoir largement échafaudé après la mort du roi.

Quoi qu’il en soit, le Grand dessein resta une référence pour l’Europe des Lumières. En 1713, lorsque l’abbé de Saint-Pierre publia son Projet pour rendre la paix perpétuelle en Europe, il prit soin de ne présenter son plan d’« Union européenne » que comme le prolongement du plan attribué à Henri IV. En 1715, lorsque Leibniz présenta ses Observations sur l’ouvrage de Saint-Pierre, il rendit hommage à l’autorité d’Henri IV. De même, lorsque Rousseau fit part de son Jugement sur le projet de paix perpétuelle en 1761, il ne manqua pas de louer l’habileté politique du Grand roi. 

A l’aube de la construction européenne encore, la référence à Henri IV était courante. En 1948, dans le cadre des débats préparant ce qui allait devenir le Conseil de l’Europe, l’ancien Président du Conseil français Paul Reynaud évoqua Henri IV parmi les « grands précurseurs » de l’idée européenne. Et au même moment, l’hebdomadaire allemand Die Zeit décrivait en une la nouvelle orientation pro-européenne de la diplomatie française en la rapprochant de la conception « qu’avaient en vue le très grand roi de France Henri IV et son ministre Sully ».

Aujourd’hui, l’Union européenne a largement fait passer au second plan les références aux lointains précurseurs. Pourtant, à l’heure où l’Europe doute d’elle-même, il est important de se rappeler que pour un homme comme Sully dont la priorité était de bâtir un Etat national encore naissant et de rassembler des Français déchirés par les haines religieuses, l’union du continent était déjà l’horizon à atteindre.

Le 9 mai ne prend ainsi tout son sens que si l’on n’y voit pas seulement le point de départ d’une construction institutionnelle, mais aussi et peut-être surtout l’aboutissement d’une vocation séculaire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze