Pierre Haroche

Docteur en Science politique

Sa biographie
Ancien élève de l'Ecole normale supérieure de la rue d'Ulm, docteur en Science politique de l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne, mes recherches portent sur la théorie des relations internationales et l'intégration européenne.
Son blog
2 abonnés Le blog de Pierre Haroche
Voir tous
  • Qui a peur des députés tirés au sort ? Plaidoyer pour une vieille idée neuve

    Par
    L’idée de tirer au sort des citoyens ordinaires pour arbitrer des questions politiques est de plus en plus débattue en France. Pourtant, cette idée suscite encore parfois une certaine méfiance. A tort.
  • Tsipras, Adenauer : même combat ?

    Par
    Au lendemain du référendum grec du 5 juillet, l’économiste Thomas Piketty affirmait au quotidien Die Zeit que les Allemands avaient la mémoire courte : leur pays qui se montrait si intraitable à l’égard  de la dette grecque avait lui-même bénéficié de l’effacement de 60% de sa dette extérieure en 1953. Alors qu’un accord a été obtenu ce weekend dont beaucoup considèrent qu’il annihile de facto la souveraineté de la Grèce, un autre parallèle historique peut donner matière à réflexion.
  • Derrière la crise grecque, le bras de fer franco-allemand

    Par
    Depuis le référendum du 5 juillet, François Hollande et Angela Merkel sont plus que jamais en première ligne sur le front de la crise grecque.
  • EUNAVFOR Med : la défense européenne passe par la mer

    Par
    L'Union européenne vient de lancer une nouvelle opération militaire : EUNAVFOR Med, une opération navale visant à lutter contre le trafic de migrants au large des côtes libyennes. Semblent vouloir y participer pour l’instant l’Italie, le Royaume-Uni, la France, l’Espagne, la Grèce, la Belgique, le Luxembourg, la Slovénie et la Finlande.
  • La crise grecque et l’Europe sociale

    Par
    Le Premier ministre Alexis Tsipras s’est livré jeudi 18 juin à un plaidoyer en faveur du maintien des dépenses sociales grecques dans le quotidien berlinois Der Tagesspiegel. Il a notamment insisté sur le fait que la crise avait renversé le sens de la solidarité intergénérationnelle : alors qu’habituellement ce sont les jeunes actifs qui payent les pensions de leurs aînés, aujourd’hui en Grèce ce sont les pensions des retraités qui sont devenues l’ultime soutien de familles entières.
Voir tous