Pierre Haroche
Chercheur en Science politique
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mai 2015

Brexit et Scoxit : Hobbes contre Spinoza

En 1859, Charles Dickens publiait A Tale of Two Cities, dépeignant, vu de Londres et de Paris, le tableau d’un monde en plein bouleversement, au temps de la Révolution française. Notre histoire pourrait s’appeler A Tale of Two Unions et elle est certainement révélatrice des bouleversements que nous vivons actuellement.

Pierre Haroche
Chercheur en Science politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En 1859, Charles Dickens publiait A Tale of Two Cities, dépeignant, vu de Londres et de Paris, le tableau d’un monde en plein bouleversement, au temps de la Révolution française. Notre histoire pourrait s’appeler A Tale of Two Unions et elle est certainement révélatrice des bouleversements que nous vivons actuellement.

© 

Les élections britanniques du 7 mai dernier ont plus que jamais lié le destin de deux Unions : la britannique et l’européenne. Elles ont en effet illustré la connexion entre deux perspectives : la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, ou Brexit, et la sortie de l’Ecosse du Royaume-Uni, ou Scoxit.

D’un côté la victoire conservatrice a enclenché le processus qui conduira à l’organisation d’un référendum sur le maintien dans l’Union européenne. D’un autre côté, le Scottish National Party a remporté 56 des 59 sièges écossais, ce qui le place en position de force face à Londres.

Les deux questions sont étroitement liées car les Ecossais sont nettement plus pro-européens que les Anglais. La Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, a déjà prévenu qu’une sortie de l’Union européenne pourrait justifier l’organisation d’un nouveau référendum sur l’indépendance écossaise. Autrement dit, le Brexit pourrait entraîner le Scoxit.

Dans les deux cas, des solutions intermédiaires vont être négociées. L’objectif de David Cameron est de maintenir son pays dans l’Union, mais après avoir obtenu une révision des traités européens, visant notamment à permettre au Parlement de Westminster de s’opposer à l’application de certaines législations votées à Bruxelles. De son côté, Nicola Sturgeon demande que soient cédés à l’Ecosse de nouveaux pouvoirs en matière fiscale et sociale.

Dans les deux cas, ces revendications relancent des débats sur les procédures de décisions. Depuis longtemps, des observateurs anglais ont pointé du doigt une anomalie : dans les domaines où l’Ecosse a obtenu son autonomie, les députés écossais à Westminster peuvent toujours peser sur des décisions qui ne sont plus valables que pour l’Angleterre. Le parti conservateur s’est donc engagé à créer au sein du Parlement britannique un Grand Comité Anglais dont l’approbation sera nécessaire pour tout texte ne concernant que l’Angleterre.

Dans le même esprit, Guy Verhofstadt, le chef des libéraux au Parlement européen, a récemment déclaré que si les Britanniques souhaitaient restreindre leurs engagements à l’égard de l’Union européenne, ils devaient également s’attendre à voir remis en question leur droit de vote dans les institutions européennes. Cette solution deviendrait de toute façon nécessaire si le Parlement européen devait voir ses pouvoirs renforcés en matière de gouvernance économique. Il serait en effet impensable que des députés britanniques puissent voter sur l’avenir de la zone euro dont ils ne sont pas membres.

Que nous apprend donc ce conte de deux Unions ? Que nous assistons à la défaite de Hobbes. Pour lui, la souveraineté ne pouvait être partagée. A l’intérieur de l’Etat, tous les pouvoirs devaient être entre les mains du souverain ; à l’extérieur, ne pouvait régner que l’état de nature et la guerre entre Etats. Aujourd’hui, cette conception ne tient plus, alors qu’il devient de plus en plus difficile de déterminer quelle frontière compte le plus : celle entre l’Ecosse et l’Angleterre ? Entre le Royaume-Uni et le reste de l’Europe ? Entre l’Union européenne et le reste du monde ?

En revanche, ce monde nouveau marque la victoire de Spinoza. Dans une lettre célèbre, alors qu’on lui demandait quel était son principal point de désaccord avec Hobbes, Spinoza souligna que, pour lui, les rapports entre souverain et sujets n’étaient que « la continuation de l’état de nature ». Autrement dit, l’Etat n’est que « la continuation » des relations internationales. Il n’y a pas de rupture entre l’interne et l’externe. Les relations entre l’Union européenne et le Royaume-Uni sont de même nature que les relations entre le Royaume-Uni et l’Ecosse.

La révolution à laquelle nous assistons est peut-être moins violente que celle décrite par Dickens, mais elle n’en est pas moins réelle. Nous voyons se profiler un monde de souverainetés multiples et imbriquées. Un monde rempli de franchises, d’exceptions locales, de droits à géométrie variable. Un monde qui fourmille d’acteurs politiques attachés à des échelles géographiques et à des statuts divers.

Bref, nous sommes de retour au Moyen Âge.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras