Elections présidentielles en Pologne : la trace des Empires disparus

Le conservateur Andrzej Duda a été élu hier à la présidence de la Pologne face au candidat sortant, le libéral Bronislaw Komorowski. L’analyse des résultats par provinces fait apercevoir une division très nette entre l’Est et l’Ouest du pays.

Le conservateur Andrzej Duda a été élu hier à la présidence de la Pologne face au candidat sortant, le libéral Bronislaw Komorowski. L’analyse des résultats par provinces fait apercevoir une division très nette entre l’Est et l’Ouest du pays.


z17977824Q.jpg

 

Cette carte rappelle les cartes électorales ukrainiennes, où s’opposent un Ouest pro-européen et un Est pro-russe. En Ukraine, cette opposition recoupe largement les frontières historiques de l’Empire autrichien et de l’Empire russe.

Dans le cas de la Pologne, les résultats d’hier révèlent une frontière qui ressemble étrangement à celle de l’Empire allemand du XIXème siècle.

 

 

La Pologne de l’Ouest, anciennement germanisée, a voté pour un candidat pro-européen, tourné vers l’Allemagne et la France. La Pologne de l’Est, anciennement soumise à la Russie, a voté pour un candidat eurosceptique, davantage tourné vers le Royaume-Uni et les Etats-Unis. A la différence du cas ukrainien, les régions les plus proches de la Russie sont ici les plus nationalistes et les plus anti-russes.

Ces étranges superpositions m’évoquent la citation du dramaturge américain Eugene O’Neill :

There is no present or future – only the past, happening over and over again – now.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.