Pierre Khalfa
Ancien coprésident de la Fondation Copernic, membre du Conseil scientifique d'Attac.
Abonné·e de Mediapart

100 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 janv. 2022

Que faire de la dette publique ?

Non la dette publique n'est un insupportable fardeau. Alors que se profile une politique d'austérité pour rembourser la dette publique, la Fondation Copernic montre comment la dette sert de prétexte au démantèlement de l'État social. La dette n’est pas un problème si l’on rompt avec la financiarisation de l'économie et plus globalement avec le modèle actuel de production et de consommation.

Pierre Khalfa
Ancien coprésident de la Fondation Copernic, membre du Conseil scientifique d'Attac.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Introduction de l'ouvrage de la Fondation Copernic Quoi qu'il en coûte. Sortir la dette des griffes de la finance, Textuel, janvier 2022.

« Quoi qu’il en coûte » : lorsqu’Emmanuel Macron a prononcé ces mots lors de son allocution télévisée, le 12 mars 2020, nous étions sans aucun doute nombreux à être tout à la fois interloqués et passablement dubitatifs. Comment l’homme qui parlait des minimas sociaux en déplorant que l’on y mette « un pognon de dingue » pouvait-il soudainement se transmuer en chantre de la dépense sans limite ?

À vrai dire, ces mots n’étaient que le décalque de ceux prononcés en juillet 2012 par Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE). Jetant au moins momentanément aux orties sa doxa monétariste, la BCE s’apprêtait à intervenir « whatever it takes ». S’annonçait ainsi son revirement et s’ouvrait alors le moment, toujours pas encore refermé, de la politique monétaire « non conventionnelle » et du « quantitative easing ». Ce revirement avait sa nécessité : les politiques budgétaires austéritaires menées au lendemain de la crise des subprimes en 2007 avaient conduit les économies européennes aux bords extrêmes de la déflation et l’euro à ceux de son explosion. Une politique monétaire accommodante s’est ainsi substituée à la politique budgétaire défaillante des États, dont l’impéritie était devenue manifeste et trop dangereuse, puisqu’elle finissait par menacer le système lui-même.

La politique inaugurée par le « quoi qu’il en coûte » – par ailleurs suivie par l’ensemble des gouvernements européens et adoubée par la Commission européenne qui a suspendu les critères de Maastricht – anticipe une autre nécessité et inaugure un nouveau moment : celui d’un revirement des politiques budgétaires elles-mêmes. Faute de cela, les économies se seraient effondrées.

Le néolibéralisme dans sa déclinaison européenne a ainsi subi un double camouflet : il a dû, provisoirement, ravaler sa doxa monétaire restrictive et sa politique budgétaire austéritaire. Aujourd’hui, les dettes publiques, mais aussi celles des entreprises, ont connu un spectaculaire accroissement ; il en va de même des bilans des banques centrales. Quant à l’Union européenne (UE), elle a dû suspendre ses normes maastrichtiennes et se résigner – non sans de fortes tensions internes – à emprunter en commun pour financer un plan de relance, que chacun sait être insuffisant pour retrouver une véritable dynamique et, a fortiori, pour engager la nécessaire transition écologique.

Reste alors à savoir si le temps ainsi suspendu va être, demain, retrouvé… D’ores et déjà, en effet, des voix s’élèvent pour évoquer la suite et la nécessité d’un retour rapide à l’ordre perdu. L’avenir de la dette publique, qu’il faudra bien, selon eux, rembourser, en symbolise tout l’enjeu. C’est pour cela qu’il est essentiel de démystifier et de déconstruire par avance ce à quoi l’on va être très bientôt confronté. C’est l’objet même de ce livre.

La dette pas plus que la monnaie ne sont des choses. Ce sont des rapports sociaux, que les représentations et les institutions ne font que cristalliser ; aussi ont-elles de tous temps été au cœur du lien social (chapitre 1). De même, les réalités de la dette publique et de sa gestion engagent bien autre chose que ce que l’on voudrait nous en faire accroire et permettent la constitution d’un patrimoine collectif qui, loin d’être « un fardeau pour nos enfants », profite à toute la collectivité (chapitre 2). Au fur et à mesure que les rapports sociaux évoluaient au cours des dernières décennies, la dette et la monnaie ont été très activement transformées. Ainsi, l’affirmation d’un capitalisme financiarisé a d’abord nécessité le démantèlement des institutions monétaires et financières qui lui préexistaient (chapitre 3). De même, son installation a conduit à la mise en place d’institutions qui lui sont spécifiques et la gestion des contradictions du système productif qui lui sont propres à des tentatives nouvelles de régulation (chapitre 4). L’existence simultanée du « quoi qu’il en coûte », d’une politique budgétaire débridée donc, et d’une politique monétaire accommodante montre que la crise économique et sociale liée au Covid-19 a poussé à l’extrême les contraintes que représentent pour l’idéologie austéritaire du néolibéralisme les nécessités pratiques de son fonctionnement (chapitre 5). Mais elle montre aussi, contradictoirement, que ce qui se présentait hier encore comme « la seule politique possible » que vantait Margaret Thatcher sait s’offrir à elle-même des portes de sortie alternatives, dès lors qu’elle bute sur des obstacles qui seraient sans cela insurmontables. La crise du Covid démontre ainsi pratiquement que d’autres politiques sont possibles (chapitre 6).

Le penchant néolibéral – celui de l’idéologie des gouvernants comme celui des institutions de l’UE, momentanément refoulé – va assurément s’efforcer de revenir, et même au galop si cela lui est possible. Car, dans ce « quoi qu’il en coûte », il était question non d’une improbable conversion, mais du constat que, au moins pour un temps, nécessité faisait loi. Contre ce retour à l’état antérieur des choses, il nous reviendra alors de faire de cette autre politique l’expression d’une volonté. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques