Pierre Khalfa
Ancien coprésident de la Fondation Copernic, membre du Conseil scientifique d'Attac.
Abonné·e de Mediapart

95 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 mai 2020

Annuler la dette publique, une mystification ?

Dans une chronique dans le journal "Le Monde" Jean Pisani-Ferry s’en prend à celles et à ceux qui préconisent que la BCE pourrait sans dommage aucun annuler les dettes publiques qu’elle détient. Il emploie pour cela des argument fallacieux, ce qui est assez surprenant pour un économiste de ce renom. Quand l'idéologie nuit à la compétence...

Pierre Khalfa
Ancien coprésident de la Fondation Copernic, membre du Conseil scientifique d'Attac.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans une chronique du Monde Jean Pisani-Ferry s’en prend à celles et à ceux qui préconisent que la BCE pourrait sans dommage aucun annuler les dettes publiques qu’elle détient. Rappelons que, suite à sa politique d’achat de titres publics, la BCE, par l’intermédiaire des banques centrales nationales,   détient un pourcentage important de la dette publique des États membres de la zone euro.

Il note à juste titre que, face à l’effondrement économique qui nous guette, « ce n’est pas le moment de précipiter le retour à l’orthodoxie budgétaire » - mais y a-t-il jamais un bon moment ? - et qu’actuellement, au vu des taux d’intérêt, « le coût de l’endettement est nul ». Il pointe aussi cependant que, au vu des différentiels de capacité à emprunter, « L’Europe risque un nouveau cercle vicieux au gré duquel les États les plus fragiles affaiblissent leurs économies et donc leur base fiscale ».

Que faut-il faire dans cette situation ?  Jean Pisani-Ferry ne nous le dit pas et concentre son tir contre les tenants d’une annulation des dettes publiques par la BCE. Reprenons son argumentation. Il indique que l’annulation/restructuration de la dette « n’est pas mortelle, mais elle est douloureuses parce qu’elle appauvrit les épargnants, détruit les banques et dégrade la réputation financière du pays ». On pourrait mégoter sur le fait que les banques se sortent toujours assez bien d’une restructuration de la dette et que nous ne parlons pas ici d’un pays isolé mais d’une des principales zones économiques mondiales. Là n’est cependant pas l’essentiel, car Jean Pisani-Ferry fait comme s’il s’agissait là d’annuler immédiatement toute la dette publique, ce qui évidemment aurait des conséquences sur les épargnants qui ont souscrit des contrats d’assurance-vie en fonds en euros.

Mais ce n’est pas du tout de cela qu’il s’agit puisque la proposition est d’annuler, par un moyen ou un autre, les obligations d’État détenues par la BCE, pas par les épargnants. Après avoir tenté de nous faire frissonner à l’évocation de leur ruine, Jean Pisani-Ferry est bien obligé d’aborder quand même cette proposition. Son opposition s’appuie sur deux arguments assez curieux. Le premier tient au fait que si la BCE annule la dette publique qu’elle possède, les États se priveraient « pour un même montant, du flux des futurs dividendes  qui leur reviennent aujourd’hui par les banques centrales ». et nous dit-il « ils ne seraient à l’arrivée ni plus riches ni plus pauvres ». Mais d’où proviennent ces dividendes ? La BCE, dans la pratique les banques centrales nationales, possède des titres publics sur lesquels l’État paye des intérêts. Mais elle rembourse aux États la quasi-totalité des intérêts qu’ils ont versés sur ces titres. C’est donc une opération à somme nulle et l’annulation de la dette par la BCE n’y changera rien.

Le second argument est encore plus curieux. Jean Pisani-Ferry affirme que l’annulation de la dette publique par la BCE ne changera rien car « La dette du secteur public (États + BCE) resterait la même ». Or, contrairement à un État, une banque centrale ne s’endette que par rapport à elle-même car elle a un pouvoir illimité de création monétaire, ce qui veut dire qu’elle n’a pas de contrainte ni de capital ni de rentabilité. Elle ne s’endette donc pas, elle crée ex nihilo de la monnaie et elle peut le faire tant que les citoyen.nes continuent à accorder leur confiance à la monnaie en question - dans le cas de la zone euro, tant que cette dernière n’est pas menacée d’un éclatement imminent ou que l’hyperinflation relève d’un passé révolu - et tant qu’un système productif est à même de produire les biens et services nécessaires. Parler par conséquent d’une « dette du secteur public (États + BCE) » n’a pas de sens.

L’annulation des dettes publiques détenues par la BCE n’aurait donc aucune conséquence économique néfaste. L’idéal serait d’ailleurs que la BCE rachète l’ensemble des dettes publiques et les annule d’une façon ou d’une autre. Évidemment, cela suppose, et c’est le problème majeur, un accord politique au sein de la zone euro. Certes le fonctionnement de la BCE ne requiert pas l’unanimité au sein du Conseil des gouverneurs. C’est ce qui a permis la mise en œuvre d’une politique monétaire « non conventionnelle » face à la menace d’éclatement de la zone euro suite à la crise financière de 2007-2008. Il s’agit donc d’une décision politique et non pas d’une impossibilité économique comme Jean Pisani-Ferry veut nous le faire croire.

Tribune parue dans lemondefr

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Chez Lidl, la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause. Premier volet d’une enquête en deux parties. 
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
« Les intérimaires construisent le Grand Paris et on leur marche dessus »
Des intérimaires qui bâtissent les tunnels du Grand Paris pour le compte de l’entreprise de béton Bonna Sabla mènent une grève inédite. Ils réclament une égalité de traitement avec les salariés embauchés alors qu’un énième plan de sauvegarde de l'emploi a été annoncé pour la fin de l’année. 
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
En Biélorussie, certains repartent, d’autres rêvent toujours d’Europe
Le régime d’Alexandre Loukachenko, à nouveau sanctionné par l’UE et les États-Unis jeudi, semble mettre fin à sa perverse instrumentalisation d’êtres humains. Parmi les nombreux exilés encore en errance en Biélorussie, certains se préparent à rentrer la mort dans l’âme, d’autres ne veulent pas faire machine arrière.
par Julian Colling
Journal
Autour de la commande publique « Mondes nouveaux » et des rétrospectives des artistes Samuel Fosso et Derek Jarman
Notre émission culturelle hebdomadaire se rend à la Maison européenne de la photographie pour la rétrospective Samuel Fosso, au Crédac d’Ivry-sur-Seine pour l’exposition Derek Jarman et décrypte la commande publique « Mondes nouveaux ».  
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat