Pierre Khalfa
Ancien coprésident de la Fondation Copernic, membre du Conseil scientifique d'Attac.
Abonné·e de Mediapart

95 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 oct. 2020

Dépasser la sidération immédiate

Ce court point de vue a été rédigé au lendemain de l’assassinant de Samuel Paty, avant les annonces gouvernementales concernant la dissolution du CCIF et d’autres associations et avant les déclarations hallucinantes de Jean-Michel Blanquer sur l'université ou de Gérald Darmanin sur les rayons de supermarchés. A l’origine il n’avait vocation qu’à répondre à un échange sur une liste de discussion.

Pierre Khalfa
Ancien coprésident de la Fondation Copernic, membre du Conseil scientifique d'Attac.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce court point de vue a été rédigé au lendemain de l’assassinant de Samuel Paty, avant les annonces gouvernementales concernant la dissolution du CCIF et d’autres associations et avant les déclarations hallucinantes de Jean-Michel Blanquer sur l'université ou de Gérald Darmanin sur les rayons de supermarchés. Les annonces gouvernementales confirment que ce gouvernement est en train de basculer dans une logique remettant en cause les fondements même de l’État de droit. Elles s’accompagnent de la multiplication de déclarations incendiaires, de nouvelles violences contre les musulmans et d’attaques tous azimuts contre des personnalités appelant à un minimum de raison dans la situation actuelle.

Dépasser la sidération immédiate

Le fanatisme religieux a tué et hélas il tuera encore. Toutes les religions, excepté peut-être le paganisme antique, en ont été, et en sont, porteuses. L’Eglise catholique est responsable du massacre de millions de personnes, y compris d’autres chrétiens. L’assassinat de ce professeur est un acte horrible et la question est de savoir pourquoi un jeune de 18 ans en est arrivé à faire cela. Si l’on veut dépasser la sidération immédiate, la condamnation, certes nécessaire, ne servira à rien si nous ne comprenons pas les mécanismes qui ont abouti à un tel acte ni le terreau qui l’a favorisé. Et donc il n’y aura pas de miracle en la matière. Au-delà de la lutte policière nécessaire contre ces actes terroristes, la question essentielle est celle de la place de l’islam en France. Tant que l’islam ne sera pas traité comme les autres religions, et donc banalisé, cela ne pourra que déboucher sur une frustration mortifère qui pourra, suivant les individus, se transformer en actes terroristes. 

De ce point de vue, la tentation et les tentatives régulières de créer « un islam de France », non seulement sont contraires à la loi de 1905, mais ne peuvent être vécues par les musulmans que comme une volonté de contrôle de nature néocoloniale alors même que les autres religions ne sont soumises à aucune règles dans l’organisation de leur culte. Cette orientation est contraire à la loi de 1905 car cette dernière postule - séparation oblige - que l’Etat n’a rien à dire ni à faire concernant l’organisation des cultes. Que dirait-on si l’Etat se mettait à vouloir régimenter la façon dont la messe est organisée ? Et l’Etat, à juste titre, ne dit rien sur l’intégrisme chrétien ou juif. Le « séparatisme » des courants intégristes juifs est l’exact décalque du salafisme piétiste.

Dans un État de droit, qui plus est laïque, chaque individu a le droit de pratiquer et de prêcher le dogme religieux qu’il désire, dans le respect des limites mises à la liberté d’expression. La liberté d'expression ne permet pas d'appeler publiquement à la mort d'autrui, ni de faire l'apologie de crimes de guerre, de crimes contre l'humanité, ni d'appeler à la haine contre un groupe ethnique ou national donné. On ne peut pas non plus user de la liberté d'expression pour appeler à la haine ou à la violence envers un sexe, une orientation sexuelle ou un handicap. La loi actuelle permet donc de sanctionner non seulement des actes délictueux, mais les déclarations qui les encouragent.

En tant que citoyens.es, nous pouvons critiquer tel ou tel aspect des religions chrétienne, juive ou musulmane, ou même considérer, si l’on est athée, que toute religion est obscurantiste. Nous pouvons, nous devons, en tant que citoyens, combattre le fondamentalisme religieux, mais la puissance publique doit être garante du libre exercice du culte et de la possibilité pour chacune et chacun de faire valoir ses opinions à condition de ne pas violer la loi. L’Etat n’intervient pas, à juste titre, contre les Loubavitch et plus globalement contre le judaïsme orthodoxe qui considère les mariages mixtes comme un équivalent du génocide nazi. Ce « séparatisme » ne semble pas poser problème.

Les idées portées par l’intégrisme religieux, quel qu’il soit, sont effectivement contraires à toute perspective d’émancipation, plus particulièrement encore celle des femmes, et à l’existence même d’une société démocratique. Comment les affronter et empêcher leur développement ? La force de l’intégrisme religieux tient à sa capacité à donner un sens global à la vie des individus qui embrassent la foi. Le combattre suppose de faire vivre concrètement un autre imaginaire social. Dans une société où la concurrence entre individus est promue comme valeur suprême, où la compétitivité devient l’objectif majeur de la vie sociale et où la devise louis-philipparde « enrichissez-vous » semble le seul horizon, c’est en promouvant pratiquement dans la réalité sociale les valeurs de solidarité, d’égalité et de justice sociale, c’est en combattant toutes les discriminations, c’est par l’éducation quotidienne à l’égalité entre les femmes et les hommes que sera asséché le terreau de l’intégrisme et que ses adeptes seront marginalisés. Travail de longue haleine...

L'hebdomadaire Politis a mis ce point de vue sur son site

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
A Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B