Le Phallus et le Pas-Tout, ou le zizi et la zézette

Aidez au financement d'un documentaire (long métrage) de Sophie Robert : « Et si les psychanalystes s'allongeaient sur notre divan pour nous parler de leur vision de la sexualité ? ». https://www.kisskissbankbank.com/le-phallus-et-le-pas-tout-ou-le-zizi-et-la-zezette

Objectif du film

Le « Phallus et le Pas-Tout » est un documentaire de long métrage qui explore la théorie sexuelle des psychanalystes freudo-lacaniens, par la bouche des psychanalystes d’aujourd’hui. Il sera accompagné d’un deuxième long métrage qui révèlera comment les psychanalystes appliquent la théorie sexuelle à la clinique psychiatrique. Le Phallus et le Pas-Tout est le premier volet d’une trilogie cinéma : « la Psychanalyse dévoilée ».

Le Phallus et le Pas-Tout signifie, comme le dit le psychanalyste Eric Laurent « le zizi et la zézette », d'où le sous titre de ce projet. Dans l’univers des psychanalystes freudo-lacaniens, le vagin est définit obstinément par ce qu’il n’est pas, raison pour laquelle on se garde de le nommer (comme le personnage de Voldemor dans Harry Potter). Le « non-sexe » de « la femme qui n’existe pas » incarne l’impensable, le mal absolu qui fait choir la psyché humaine, générateur de la folie, et de toutes les pathologies mentales... rien de moins!

Il a pour objectif de lever le voile sur une théorie et une pratique occultes, en commençant par le décodage de ce qui, pour un psychanalyste, est le moteur de la psyché humaine : la sexualité.

Le fil narratif du Phallus et le Pas-Tout va amener le spectateur à décoder la théorie sexuelle des psychanalystes :

  • Que raconte cette théorie sexuelle ?
  • Comment sont nés ces différents concepts ?
  • Que signifie celui de "sexualité infantile"?
  • Comment ont-ils évolué dans le temps ?
  • Pourquoi les psychanalystes d’aujourd’hui persistent-ils à leur trouver du sens ?
  • Avec quels arguments parviennent-ils à les justifier, envers et contre tous, en dépit des découvertes des sciences et de l’évolution des mœurs ?

 

Le Phallus et le Pas tout © Sophie Robert

Les motivations de Sophie Robert

A l’issue de 4 années de repérages auprès de 52 psychanalystes, Sophie Robert a filmé 27 d’entre eux au cours de longs interviews de 1h30 à 3h00 chacun. En accumulant cette matière première colossale aussi bien en terme de volume que de contenu, Sophie Robert a réalisé qu’elle allait bien au delà d’un travail documentaire. Il s'agissait d'un témoignage historique et une matière première filmique souvent hilarante, aux purs accents de comédie !

Cette vision abracadabrantesque de la sexualité est le moteur même de la psychanalyse ! Elle est le socle de tout leur édifice théorique. Il est essentiel de comprendre ce qu’elle veut dire parce que ces théories sexuelles ont des conséquences sanitaires et sociales énormes : influence sur la prise en charge psychiatrique du handicap, elles s’immiscent aussi dans les prétoires, à travers les expertises psychiatriques des cas de viols, d’incestes, de violence conjugale, ainsi que dans les familles les plus ordinaires dans les cas de divorces conflictuels.

Ce ne sont donc pas que des concepts, dès lors que ces théories sont mises en pratique par des psychiatres-psychanalystes et des psychologues-psychanalystes dans la vie quotidienne de millions de français ! Pour s'en défendre, il est indispensable de les comprendre. C’est pourquoi il est d’intérêt général que ce message soit accessible au plus grand nombre.

Ce qui doit s’enseigner dans les facultés et s’exercer dans les hôpitaux, ce qui est financé par l’argent public, doit être une discipline scientifique fondée sur les preuves (donc sur le doute, sur l’expérimentation, sur la recherche d'un bénéfice thérapeutique pour les patients et la mesure objective de ces résultats).

Avec ce reportage, Sophie Robert réalise un travail de pédagogie du discours analytique qui devrait être fait par les psychanalystes eux-mêmes. Malheureusement, ceux-ci en sont incapables, bien que quelques-uns s’inquiètent des dérives de leur mouvement. Il devrait être celui des intellectuels, mais en France ceux-ci ne jouent pas leur rôle de garde fou vis à vis du mouvement analytique parce qu’ils sont trop nombreux à être embrigadés sur le divan, en conflit de loyauté vis à vis de leur analyste, qui leur parle très peu, et dont ils sont à des années lumière d’imaginer la pensée…

Le projet

Sophie Robert fait appel au financement participatif pour finaliser ce film : réaliser les séquences d’habillage du film (scènes de fiction, images d’archives, effets spéciaux numériques), et toute la post production (montage image et son, mixage, musique originale, étalonnage, bancs titres, génériques et sorties).

La force du film repose sur les propos édifiants des psychanalystes, une matière première d’une grande richesse qui a déjà été récoltée et montée, mais aussi forts soient-ils, ces interviews ne suffisent pas à réaliser un film.

Pour que ce message soit accessible au public, Il est très important d’habiller les séquences d’interviews de belles images qui nous racontent une histoire : un récit qui remette du sens, de l’émotion et de la consonance cognitive. Une narration qui nous présente des personnages à qui l’on puisse s’identifier.

Avec Le Phallus et le Pas-Tout Sophie Robert veut réaliser un film pourvu d’une véritable ambition cinéma : un film qui propose au spectateur une expérience visuelle : des scènes de fiction avec Freud et Lacan, des scènes avec des protagonistes interprétant des analysants aujourd’hui.

Le film a été budgété à  251 830 euros. La moitié de ce budget a été autofinancé et provient de diverses collectes (contributions financières participatives). Pour que le pot de terre terrasse le pot de fer, vous pouvez participer ici :

https://www.kisskissbankbank.com/le-phallus-et-le-pas-tout-ou-le-zizi-et-la-zezette

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.