Discrédit sur les expertises psychiatriques judiciaires

Marie-Christine Gryson-Dejenhansart, qui s'était illustrée par ses prises de position controversées dans l'affaire d'Outreau, ne sera plus experte auprès la cour d'appel. L'assemblée générale des magistrats compétente en la matière aurait émis le 18 novembre 2015 un avis défavorable à son maintien...

Dans un article de presse du 30 novembre 2015 [1], le journaliste Stéphane Durand-Souffland annonce que, l'an prochain, la psychologue Marie-Christine Gryson-Dejenhansart, qui s'était illustrée par ses prises de position controversées dans l'affaire d'Outreau, ne sera plus experte auprès la cour d'appel. L'assemblée générale des magistrats compétente en la matière aurait émis le 18 novembre 2015 un avis défavorable à son maintien. Elle peut bien évidemment former un pourvoi devant la Cour de cassation... Même si Stéphane Durand-Souffland relate d'autres détails relatifs à cette éviction, un certain militantisme de Marie-Christine Gryson-Dejenhansart est pointé du doigt...

A notre niveau, nous restons toujours très étonné de l'absence de réaction de Madame Gryson-Dejenhansart lorsqu'un(e) commentateur(trice) d'un de ses billets sur Médiapart lui annonce sans ambiguïté connaître une association dites "de pères" souvent pédophiles : "Une association de défense de pères (souvent pédophiles) utilise cette théorie pour accuser la mère qui veut protéger son enfant abusé. J'en suis témoin dans plusieurs situations! .../..." [2].

Commentaire : Pères souvent pédophiles Commentaire : Pères souvent pédophiles

Les associations dites "de pères" oeuvrent depuis de longues années contre le lobbying acharné et mensonger d'un clan psychanalytique cherchant à agir sur les décisions de justice familiale vis-à-vis de la résidence des enfants de parents séparés. En psychologie scientifique, il est démontré qu'il est généralement dans l'intérêt des enfants d'être en résidence alternée, même dès le plus jeune âge. Aujourd'hui, seuls ces psychanalystes* dogmatiques auto-proclamés "scientifiques", regroupés en associations qu'ils qualifient abusivement de "société savantes", s'opposent farouchement à l'instauration d'une présomption de résidence alternée dans le code civil (par rapport au système de garde classique qui est actuellement le plus répandu). Certains d'entre eux sont mêmes les auteurs de nombreuses tromperies : rédaction et signature de pétitions mensongères, débats truqués où les conclusions sont annoncées à l'avance sur la plaquette d'invitation (comme ceux de la WAIMH-fr du COPES et de l'APPEA, etc.), livres et publications relevant de l'escroquerie intellectuelle, emploi à outrance du mot "scientifique" en long... en large, tromperie de magistrats comme Marc Juston, tromperie du Centre d'Analyse Stratégique du Premier Ministre, etc. D'autres, encore plus fanatiques, ont même été jusqu'à usurper le nom de Brazelton pour faire croire que ce célèbre pédiatre de renommée internationale aurait lui-même créé un calendrier dit : "Calendrier de Brazelton" dont la finalité serait de régir le temps de vie qu'un jeune enfant peut partager avec son père qui est le plus souvent, au sens des croyances de la psychanalyse, le "sous-parent" (le parent inférieur). En conséquence, à présent, Madame Françoise Hetto-Gaasch, députée au parlement européen, est elle aussi une des victimes de ce lobbying agressif puisque dans un de ses rapports, elle se réfère malgré elle, à ce prétendu calendrier... (qui n'existe pas !!!).

* : des pédopsychiatres d'obédience psychanalytique.

On voit donc bien que le combat des associations dites "de pères", est semblable à celui de David contre Goliath. Comment peut-on laisser une personne par simple médisance insulter gratuitement une association respectable et dument engagée dans la défense de l'intérêt de l'enfant qui est d'être aimé et éduqué par ses deux parents de manière équitable (lorsque les conditions matérielles et affectives n'y font pas obstacle)...? D'autant que la psychologie scientifique valide bien le fait que les deux parents sont tous deux importants pour l'enfant quelque soit son âge !

Soit Madame Gryson-Dejenhansart pense que cette dénonciation de pédophilie (sur son blog) est authentique et dans ce cas, elle aurait dû s'en émouvoir, puis apporter une réponse publique sur le suivi donné à cette affaire car celle-ci est d'une extrême gravité. Soit elle pense que c'est faux et dans ce cas, elle aurait dû rappeler ses responsabilités à cette personne en soulignant le travail courageux et exemplaire des associations dites "de pères". Dans tous les cas, vu la gravité du sujet, Madame Gryson-Dejenhansart se devait de réagir pour ne pas laisser planer le doute ou laisser croire que le "système" serait tel, qu'en France il ne serait plus possible de protéger les enfants !

Nul doute que le militantisme d’un psychologue trahit forcément un manque d'objectivité, d'impartialité et de neutralité sur son comportement, ses diagnostiques et même ses prescriptions.

La psychanalyse étant plus proche d'une doctrine philosophique que de la science, il semble évident que les pédopsychiatres de pratique ou d'obédience psychanalytique ne devraient pas pouvoir prétendre au titre d'expert judiciaire. Notons pour finir que certains pédo-psychanalystes vont même jusqu'à promouvoir leurs élucubrations en niant l'existence de l'aliénation parentale et/ou celle des faux souvenirs induits, qu'ils présentent généralement comme une propagande des associations dites "de pères", alors que ces fléaux sont clairement reconnus par les tribunaux, y compris par le stade suprême de la Cour de Cassation et par la psychologie scientifique.

-------------

[1] : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/11/30/01016-20151130ARTFIG00298-la-psychologue-d-outreau-privee-de-son-titre-d-expert.php

[2] : https://blogs.mediapart.fr/marie-christine-gryson/blog/081210/le-syndrome-d-alienation-parentale-creation-d-un-concept-des/commentaires#comment-910588

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.