Taxis vs Hôtels : #javaispourtantcommandéuntaxi

A l'époque du "Gang des lyonnais" cher à la mémoire de Mr Duc, Président de l'UMIH (Union des Métiers de l'Industrie Hotelière) internet n'existait pas.

Mais alors que la presse locale et nationale s'emparent du nouvel épisode du conflit opposant les taxis aux VTC impliquant désormais les réceptionnistes des hôtels, le numérique pourrait offrir de nouvelles armes de dissuasion massive aux taxis et aux consommateurs lésés...

Lyon, capitale des Gaules. 
Son histoire, sa culture, ses deux collines et ses deux rivières dont un fleuve majestueux.
Son panorama hors pair depuis le belvédère de Fourvière, la rue Mercière et son "Bistrot de Lyon" où j'aime déguster un "saint cochon", ses bouchons (dans tous les sens du terme)...
Ses quartiers historiques inscrits au patrimoine de l'Unesco, son rayonnement international que sais-je encore, Guignol, Jacques Martin, Bernard Pivot, Paul Bocuse, Jean-Michel Aulas, "Momon" Vidal et son gang et désormais ?
Ses hôtels et ses taxis.

S'il n'est pas approprié de tomber tel un essaim de guêpes sur la réputation numérique des hôtels afin de dégrader leur réputation, il ne l'est pas non plus de léser les taxis stationnant régulièrement en attente de clientèle et les consommateurs désireux d'être transportés en taxi.

Toutefois l'affaire récente qui défraie la chronique lyonnaise, aura eu au moins un mérite :
Mettre en lumière des pratiques courantes que beaucoup d'entre nous observons partout en France, alors que nous nous adressons à la réception des hôtels où nous séjournons.

S'il vous arrive de demander un taxi et d'avoir une gentille contre-proposition avec le sourire de la part de la réception, ou mieux encore de voir arriver un autre véhicule qu'un taxi, un bon conseil : refusez de monter. Vous serez probablement la victime involontaire d'un petit arrangement entre amis avec rétro-commission sur le prix total de la course.

Comment lutter efficacement sans saisir la DGCCRF qui est déjà très sollicitée ?

Avec la pression numérique ! Contre les dérives du numérique, il faut répondre par le numérique. Mais sans menace, avec efficacité en gardant le sourire.
C'est pourquoi je propose de créer le hashtag #javaispourtantcommandéuntaxi à relayer massivement sur twitter, dès que vous, cher lecteur, ou un autre client se verra proposer un autre véhicule qu'un taxi contre son consentement ou votre demande initiale. Profitez en pour annoncer le prix réglé, preuve à l'appui de votre ticket d'encaissement pris en photo pour le parcours considéré dont vous annoncerez l'origine et la destination. Ainsi, les arnaques seront dénoncées tout en restant dans la légalité, sans risque de poursuite.

Le client est roi, et doit pouvoir CHOISIR librement le véhicule qui le transportera. 
Le client aura également intérêt à prendre en photo diffusée sur son compte twitter, le ticket horodateur qui lui sera remis au terme de sa course de taxi. 

Et nous verrons bien ainsi, qui des uns ou des autres sont les moins chers.
Il me reste à vous souhaiter un bon séjour à Lyon, ou partout ailleurs... Et n'oubliez pas : Votre smartphone, une photo et Twitter sont les outils de protection du consommateur du XXIe siècle.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.