Pierre PEYRARD
Abonné·e de Mediapart

177 Billets

1 Éditions

Billet de blog 14 déc. 2014

Paris, 15 Décembre 2014 : La grève de taxis la plus bête du monde

Pierre PEYRARD
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Les agriculteurs ont été entendus, les "bonnets rouges" ont été entendus. Si nous ne sommes pas entendus, nous sommes capables de tenir ce blocage toute la semaine. Nous n'avons rien à perdre."  Et que se passera-t-il donc après cette semaine ? Vous aurez tout perdu Monsieur Sylla !

En réaction à une décision de Justice, le tout jeune Président d'une "association" de taxis récemment créée exprime sa détermination à en découdre... avec les VTC !
Rappelons que l'ordonnance du 12 Décembre rendue au Tribunal de Commerce avait été initiée par deux sociétés de VTC contre le service Uberpop. Donc Monsieur Sylla appelle à la grève des taxis contre des concurrents parce qu'ils ont perdu leur action en Justice contre Uberpop ?
Mais au fait  comment compte-t-il obtenir gain de cause ?
Par le rapport de force ?

Se comparant aux "bonnets rouges" qui démontèrent les portiques de l'écotaxe en Bretagne, aurait-il décidé de démonter les serveurs informatiques d'Uber répartis aux quatre coins du globe ? Bonne chance.

Bloquer Paris n'empêchera pas Uber de maintenir son service Uberpop. Ce sera même l'effet inverse qui sera obtenu. Monsieur Sylla deviendra le meilleur agent publicitaire gratuit d'une campagne qu'il aura lui même improvisée, ce dont la société californienne n'avait pas besoin.

Le voila donc idiot utile,  entraînant dans son sillage des cortèges publicitaires gratuits médiatisés en boucle sur les chaînes d'information ce lundi 15 Décembre.

Inspiré par la colère toujours mauvaise conseillère, sans aucune préparation, ce mouvement improvisé révèle un profond malaise au sein de la profession des chauffeurs de taxi. Il révèle une crise aussi : celui de la représentation. Mais il y a beaucoup mieux à faire !

Puisque le service Uberpop est illégal, et que le Tribunal de Commerce s'est déclaré incompétent pour l'interdire, les chauffeurs de taxi peuvent user du Droit pour obtenir gain de cause, et épargner les parisiens d'une énième grève paralysante qui ternira une fois encore un peu plus leur image. L'exercice illégal de la profession de chauffeur de taxi est puni par la Loi. Déjà plusieurs dizaines d'interpellations et de gardes à vue ont eu lieu un peu partout en France. Des rappels à la Loi, des amendes et des convocations devant les Tribunaux se sont multipliés. Que les chauffeurs portent plainte aux commissariats de Paris, Lille, Toulouse, Bordeaux et Lyon, partout où Uberpop sévit.

Rien de plus simple :

1/ Il suffit de télécharger l'application Uber

2/ De commander un chauffeur Uberpop
3/ De prendre en photo sur le smartphone la commande

4/ D'annuler la commande dans les 30 secondes suivantes, afin de ne pas être poursuivi pour recours au travail dissimulé

5/ De se rendre au commissariat de Police muni de son smartphone pour déposer plainte.

Si les taxis qui comptaient manifester demain pouvaient prendre un instant pour réfléchir, puis une demie-journée de leur temps pour agir ainsi, ils rendaient service à tout le monde :


A eux même, et aux automobilistes qui souffrent déjà assez comme ça des encombrements urbains !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
En France, le difficile chemin de l’afroféminisme
Dans les années 2010, le mouvement afroféministe, destiné aux femmes noires, a connu en France un certain engouement. Il a même réussi à imposer certaines notions dans les débats militants, mais il peine à se constituer comme un courant à part entière.
par Christelle Murhula
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet