Pierre PEYRARD
Abonné·e de Mediapart

178 Billets

1 Éditions

Billet de blog 16 mai 2020

Un frémissement... de colère.

D'abord exposés en première ligne au plan sanitaire, puis confrontés à une crise économique sans précédent, de plus en plus de chauffeurs de taxi sont gagnés par l'exaspération, notamment à Paris.

Pierre PEYRARD
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Manifestation de taxis à Paris

"L'Etat paiera !" c'était le 16 mars 2020, lors de "l'adresse aux français" du Président Macron. Sur un ton martial, l'appel à la mobilisation des taxis pour transporter le personnel soignant n'était pas sans rappeler celui du Général Gallieni, alors gouverneur militaire de Paris en Septembre 1914. Partis de l’esplanade des Invalides, ils acheminèrent plus de 3 000 soldats des 103e et 104régiments d'infanterie  jusqu’à Silly-le-Long et Nanteuil-le-Haudouin, à une centaine de kilomètres de Paris.
"Les taxis du Coronavirus" n'ont pas moins répondu à l'appel. C'est une noria nationale quotidienne qui pendant deux mois achemina de nombreux soignants partout en France. Médecins, infirmières, infirmiers, aide-soignantes, les taxis ont assuré la continuité du service public en conduisant nos héros en blouse blanche, parfois même gratuitement. Eux aussi méritaient nos applaudissements chaque soir à 20h.
Les aides de l'Etat sont donc les bienvenues pour soutenir les comptes en banque des artisans, locataires gérants et salariés taxi. La chute de chiffre d'affaires est d'autant plus marquée que l'activité touristique, pourvoyeuse de nombreux clients, est à l'arrêt complet. La clientèle des gares et aéroports a déserté les taxis, le trafic ferroviaire et aérien  étant considérablement réduit. Et les clients en compte "entreprise" abonnés des radios n'appellent plus, convertis désormais au télétravail. Bien malin celui ou celle qui sera en capacité de projeter à l'avenir l'impact et l'ampleur dans la durée de cette crise sanitaire en matière de mobilité. 
S'il ne faut pas se laisser aller au pessimisme, et conserver une attitude positive surtout en temps de crise, il convient d'envoyer de bons signaux à celles et ceux qui sont sur le terrain. Si l'Etat paye, nous savons déjà qui paiera l'addition. Mais les contribuables de ce pays seraient-il les seuls à soutenir "l'effort de guerre" ?
En attendant les taxis souffrent partout en France. Pour le moment, en silence. A Paris, les chauffeurs rongent leur frein avec 3 à 4 courses par jour, pour sortir une modeste recette de 110 euros, guère plus. Les locataires qui doivent s'acquitter de la location du véhicule équipé de la licence, payent l'équivalent de leur recette quotidienne pour financer leur outil de travail. Les parcs sont plein, malgré un "frémissement" ressenti par la centrale radio. Et ceux qui travaillent sans radio ?
La goutte d'eau qui pourrait bien faire déborder le vase, c'est le protocole sanitaire préparé pour le déconfinement par G7. Présenté en  conférence de presse Jeudi 14 mai, les affiliés radio ont appris qu'ils seraient invités à s'équiper à leur frais d'une paroi de protection contre la circulation du virus dans leur taxi. Seuls les taxis affiliés à la  radio s'équipant  de la paroi en question dans trois ateliers agréés  par G7, pourront bénéficier de courses réservées par la clientèle souhaitant voyager à plus d'une personne à bord.
Si on peut comprendre l'aspect sanitaire de cette mesure qui correspond à l'application du décret 2020-545 du 11 mai visant notamment à protéger les clients comme les chauffeurs en son article VIII, les chauffeurs clients de G7 qui avaient anticipé et s'étaient déjà équipés, apprennent en creux qu'ils seront les dindons de la farce, exclus des courses réservées pour plusieurs passagers. 
En effet, G7 impose aux chauffeurs de prouver l'installation fléchée de la dite paroi dans l'un des trois ateliers agréés, en produisant copie de la facture d'achat transmise par mail afin de disposer du nouvel "attribut" sanitaire*.
Cet attribut sera présenté aux clients qui  souhaitent réserver un taxi lors de leur commande. Chacun comprendra le caractère discriminant d'une telle mesure, dans un contexte économique déjà tendu ! C'est ce qu'on appelle un marché captif :
Quelle entreprise pourrait se permettre d'imposer une telle mesure à ses clients  si elle ne se trouvait placée dans une situation de quasi monopole ?
Enfin, cette disposition manque cruellement de tact quand on se souvient que les chauffeurs mi-mars n'avaient pas d'équipement de protection. Les masques manquaient, aujourd'hui ils tombent et révèlent un certain cynisme :


Quelques chauffeurs de taxi volontaires tentent de recenser le nombre de collègues décédés du Coronavirus, sans parler de celles et ceux qui sont tombés gravement malades, encore en soins intensifs ou convalescents. Pour obtenir ces chiffres à Paris à la Préfecture de Police, peut-être faudrait-il couramment parler "Lallement", si j'en crois les difficultés révélées par mes sources !


Les taxis ont  le droit de savoir, à Paris comme partout ailleurs, combien de leurs collègues sont morts, victimes de cette pandémie, ou souffrent encore dans leur chair. Ne serait-ce que pour organiser des caisses de solidarité aux familles.

Peut-être apprendrait-on que la corporation des chauffeurs de taxi est plus touchée que la moyenne nationale. Et peut-être  aussi parmi ces chauffeurs, certains étaient ou sont encore clients des taxis G7... Ces chauffeurs là c'est certain, n'auront pas les moyens de reprendre le volant de sitôt. Alors s'équiper d'une paroi séparatrice à leurs frais, pensez donc !

 * Le 22 mai G7 a réagit en postant une vidéo à l'attention des chauffeurs clients, les informant qu'ils pouvaient installer d'autres parois provenant d'autres ateliers. La condition d'obtention de l'attribut permettant de charger plus d'un client, restant soumise à la "conformité" de l'installation de la paroi en question, après un examen par ses soins dans ses locaux.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel