taxis / vtc : "Maraude électronique"

Comme l'aurait dit le regretté Coluche, "C'est nouveau, ça vient de sortir..." : "maraude électronique"...

Comme l'aurait dit le regretté Coluche, "C'est nouveau, ça vient de sortir..." : "maraude électronique"...

Depuis la présentation du rapport du médiateur Thomas Thévenoud, on l'entend partout, il est sur toutes les lèvres, dans toutes les conversations à la mode ce concept des temps modernes : "maraude électronique"...

Si vous n'y connaissez rien, ce n'est pas grave, on va vous expliquer c'est simple, dites juste "maraude électronique"... et vous aurez l'air savant dans les dîners en ville...

Il paraît même que ce sont les éditeurs d'applications VTC qui l'ont inventé ! "maraude électronique"...
On vous expliquera ensuite que le méchant Député de Saône et Loire, empêcherait les gentils vtc de l'utiliser ! Si si ! Puisqu'on vous le répète sur toutes le chaînes de télévision et à la radio !

Certains experts cathodiques autoproclamés, vont même jusqu'à répandre sur les réseaux sociaux que l'une des décisions phare du Député consisterait à siphonner le réservoir d'innovation des VTC pour remplir le jerican vide des taxis !  la "maraude électronique c'est l'invention des VTC ! "

C'est tout juste si nous ne vivons pas dans les années soixante dix, sous l'ère Brejnev et son économie administrée...

Les bras m'en tombent devant tant d'âneries !

Comment se fait il qu'aucun ingénieur, n'ait pensé qu'il soit possible d'héler électroniquement un taxi, avant l'apparition soudaine des VTC en 2009 ?

Serait-on à ce point stupide en France, pour ne réserver les prouesses technologiques et la créativité qu'aux seuls vtc ?
La vérité est toute autre : 
Si les taxis n'utilisent pas massivement la géolocalisation aujourd'hui comme l'utilisent les vtc avec leur smartphone, ce n'est pas par manque de créativité ou d'investissement en recherche et développement ! C'est juste parce qu'un trust dans le secteur du taxi a tout fait pour décourager ces initiatives, en France. Car je rappelerrai par exemple, que l'application "mytaxi" existe en Allemagne depuis 2009, date de la création de la start-up Uber...

Allons au fond des choses à présent : qu'est-ce exactement que cette "maraude électronique"  ?  

Le Député Thévenoud rappelle fort justement dans sa présentation du 24 avril, que la maraude relève d'une exclusivité réglementaire réservée aux taxis...
C'est la Loi de 1995 dite "Loi Pasqua". Nul, ne le conteste d'ailleurs, pas même les entreprises exploitant des plateformes numériques et/ou des applications de mise en relation de clients avec des chauffeurs vtc affiliés. Dont acte, donc.

Rappelons que seuls les taxis sont habilités à prendre en charge la clientèle en stationnement dans la rue, dans des emplacements prévus à cet effet (les fameuses stations de taxi). C'est d'ailleurs tout le sens de leur "autorisation administrative de stationnement" chèrement acquise, autrement appelée "licence" ou encore "plaque". Les taxis sont également les seuls à pouvoir prendre en charge la clientèle en circulation sur la voie publique à la volée, sur sollicitation, interpellation au loin par un client qui se signalerait en levant le bras...

C'est donc l'action de "héler électroniquement" un vtc que souhaite interdire Monsieur le Député, et pour cause puisque comme nous l'avons rappelé, cela est strictement réservé aux taxis, via des applications prévues à cet effet (eh oui, ça existe). On devrait donc davantage parler de l'interdiction du "hélage électronique" (e-hailing en anglais) pour les éditeurs d'application permettant de mettre en relation un client avec un vtc.

Certains journalistes on décidé de faire plus simple encore :

Au lieu de vous embêter avec des nouveaux concepts abscons, simplifions les choses et parlons "d'interdire la géolocalisation" aux vtc. Rien que ça !

Alors là, je crois qu'on atteint un niveau rarement égalé dans la vulgarisation publique. En clair, on vous prend vraiment pour des imbéciles :

Car, on pourrait aussi vous dire, qu'on va interdire aux américains d'émettre les signaux de leurs sattellittes géostationnaires permettant d'identifier les positions des antennes GPS au sol, mais c'est trop tard, et politiquement juste inenvisageable... d'où la stupidité sous-entendue de la mesure évidemment !
On pourrait aussi interdire à Steve Jobs d'avoir inventé le smartphone, mais là encore raté ! C'est trop tard, le bougre il en a juste vendu quelques millions avant de nous quitter, et ça continue depuis, et il est imité par des concurrents !
Enfin bref, vous l'aurez compris, en parlant "d'interdire la géolocalisation" pour les éditeurs d'application vtc, on vous transmet un message politique subliminal : 

- Les mesures proposées seraient rétrogrades.

Bien sûr, le Député ne propose pas d'interdire la géolocalisation pour les sociétés exploitant des plateformes numériques de vtc ! 
Bien sûr, ces entreprises pourront localiser à tout moment les véhicules de leurs chauffeurs affiliés sur leurs serveurs.

Mais il reste une question majeure à laquelle personne ne répond :

Puisque les chauffeurs vtc ne peuvent stationner sur la voie publique en attente de la clientèle, ni circuler en pratiquant la maraude réservée aux taxis, il leur restera donc l'alternative suivante :

- circuler sur la voie publique en émettant un signal GPS régulier au centre serveur de leurs donneurs d'ordre dans l'attente d'une confirmation de réservation à proximité de leur position;

- attendre au siège de l'entreprise une réservation auquel cas la géolocalisation ne servira à rien, ce qui reviendrait de fait en effet à interdire son usage...

Et là, désolé, mais... Je n'y crois pas un seul instant, car au fond la véritable question du débat taxi / vtc qui mériterait d'être tranchée est bien celle ci :

Si la technologie dépasse aussi facilement l’application des textes réglementaires, peut-on brider la technologie ou doit-on faire évoluer les textes en intégrant le progrès technologique ?




 

 


 


 

 


 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.