Pierre PEYRARD
Abonné·e de Mediapart

178 Billets

1 Éditions

Billet de blog 28 oct. 2021

Affaire Boulin : quand le "candidat du RPR" cherchait le mobile et son commanditaire.

Il y a dix ans, Eric Zemmour l'actuel "candidat du RPR" à l'élection présidentielle de 2022, participait à l'émission télévisée "On n'est pas couché". La fille du Ministre assassiné le 29 Octobre 1979 en était l'invitée. Leur échange fut coupé au montage.

Pierre PEYRARD
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Fabienne Boulin se bat depuis des décennies afin que la Justice soit rendue, et reconnaisse l'assassinat de son père.
A mesure que le temps passe depuis 1983, des éléments concrets, des incohérences matérielles et chronologiques, des vols de scellés, des témoignages ruinent la version officielle du suicide du Ministre du Travail et de la Participation du Gouvernement Barre.

Pour tout citoyen qui s'intéresse encore à la chose publique, cette affaire suscite un malaise indescriptible provoqué par le non-dit officiel. Comme s'il fallait révéler à l'opinion seulement une partie de l'indicible vérité, découverte par petites touches, année après année, sans lui permettre pour autant de triompher totalement en Justice. Tout se passe comme s'il fallait faire en sorte que le citoyen doute de la version officielle sans qu'il sache tout, et notamment ceci :

Qui et pourquoi aurait-on donné l'ordre de faire taire un Ministre en exercice, par tous les moyens jusqu'à maquiller son assassinat en suicide au plus haut niveau de l'Etat ?
C'est précisément ces questions qu'Eric Zemmour posa en Février 2011 à Fabienne Boulin qui présentait son livre "le dormeur du Val" lors de l'émission animée par Laurent Ruquier. Fin connaisseur de l'histoire politique de notre pays, et plus particulièrement de la Droite française, il reconnu bien volontiers que la fille du Ministre assassiné replaçait parfaitement dans son livre « l'affaire Boulin » dans ses contextes idéologique et politique. Il est d'ailleurs aujourd'hui intéressant de constater que le souverainiste qui en appelle souvent au volontarisme gaullien, doutait de la capacité du gaulliste social qu'était Robert Boulin à s'opposer au mouvement naissant de la globalisation libérale (Reagan aux USA, Thatcher au Royaume-Uni), et "qu'il aurait fini par se coucher comme les autres"...
Toutefois, s'il s'est dit convaincu qu'il ne s'agissait pas d'un suicide d'un éminent serviteur de l'Etat depuis 1961, il ne se sentait pas convaincu pour autant qu'il s'agissait d'un assassinat. S'il fallait acter qu'une chaîne de compromissions mouillait certains services de Police, un haut magistrat de la Justice et la police parallèle en charge des basses besognes qu'était le Service d'Action Civique (SAC) pendant la nuit du 29 au 30 Octobre 1979, pour Eric Zemmour, il manquait l'essentiel : Le mobile et le commanditaire.
Une fois encore, la recherche de la vérité dérangea. Car l'émission enregistrée fut coupée au montage. Là encore, ce soir là, quand bien même "on n'était pas couché", "on ne saurait pas tout" de ce qui avait été dit. Bonne nuit les petits.

Emission "On n'est pas couché" 19 Février 2011 © #ONPC

Pourtant à la question sur le mobile, Fabienne Boulin évoqua les dossiers disparus que Robert Boulin avait sorti du coffre de son Ministère le jour même de son rendez-vous secret dans les Yvelines, afin de répliquer au "chantier" que ses ennemis politiques avaient monté par presse interposée pour le déstabiliser (Minute, Le Canard enchaîné, Le Monde). Ministre pendant seize années, occupant des postes clés notamment au Budget, Robert Boulin en savait long sur le financement des partis politiques, peut-être aussi sur certaines pratiques de la République des copains et des coquins. Le Président Giscard d'Estaing agitait Boulin tel un chiffon rouge, annoncé comme premier ministrable RPR pouvant barrer la route du pouvoir en 1981 à son adversaire politique favori.

Les dossiers disparus © Bertrand Boulin


Alors Eric Zemmour osa avancer deux noms de possibles commanditaires, comme le révèle le site "Arrêt sur Image".


Peut-être coïncident-ils avec ceux que Jean Charbonnel a déposé au coffre, révélés par Alexandre Sanguinetti.

Ironie du sort : Les deux noms sont ceux d'hommes politiques très connus du RPR, dont Eric Zemmour se réclame aujourd'hui le candidat à l'élection présidentielle...

4 Décembre 1976 - Création du RPR © INA Politique

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr