Un blogueur anonyme a récemment cru bon devoir mettre en doute l'authenticité d'échanges de mails entre un chauffeur en cours d'inscription au service "UberPop" et la société UBER. Pour mémoire, ces échanges pour le moins embarrassants, attestent du fait que la société UBER accepterait le principe de rémunérer l'activié future du chauffeur (se déclarant pourtant inscrit aux ASSEDIC), par virement sur un compte domicilié à l'étranger.
Selon nos informations, la CGT taxis du Rhône a remis copie des échanges à son avocat, et demande un constat d'huissier afin d'authentifier les mails échangés en question.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.