Pierre Puchot
Reporter Maghreb & Moyen-Orient
Journaliste à Mediapart

47 Billets

6 Éditions

Billet de blog 7 mai 2011

Tunisie : Lettre ouverte à Monsieur le Ministre de l'Intérieur Lahbib Essid

Suite à la violente répression policière vendredi à Tunis, dont nous nous faisions l'écho, la journaliste et blogueuse tunisienne Olfa Riahi nous transmet ce texte collectif.

Pierre Puchot
Reporter Maghreb & Moyen-Orient
Journaliste à Mediapart

Suite à la violente répression policière vendredi à Tunis, dont nous nous faisions l'écho, la journaliste et blogueuse tunisienne Olfa Riahi nous transmet ce texte collectif.

Monsieur le Ministre,

Vous n'êtes pas sans savoir que la Révolution du 14 janvier avait pour principal objectif de rompre avec l'ancien régime et ses symboles, objectif en dépit duquel nous avons accepté votre nomination à la tête d'un ministère dont la mémoire populaire ne retient que les pires images et souvenirs. Et nous nous sommes tus tout en sachant que vous y avez occupé plusieurs postes à l'ère du président déchu, dont le poste de chef de cabinet sur une période non négligeable.

Monsieur le Ministre,

Vous n'êtes certainement pas sans savoir que le peuple Tunisien, qui a sacrifié plus de deux cents martyrs, n'acceptera jamais qu'on piétine sa dignité à nouveau, peuple Tunisien qui s'est soulevé pour la liberté, la dignité et la justice.

Monsieur le Ministre,

Nous vous adressons cette lettre suite aux incidents du vendredi 6 mai s'étant produits au centre ville de la capitale et suite au communiqué de votre ministère, communiqué dont la forme et le contenu ne diffèrent en rien des communiqués du Ministère de l'Intérieur de l'ère du président déchu.

Monsieur le Ministre,

Vous avez déclaré dans votre communiqué que les actes commis par vos agents « cagoulés », actes d'une extrême violence physique et morale dont ont été victimes nombreux citoyens et journalistes, n'étaient qu'une erreur non voulue et qu'une enquête sera ouverte à cet effet.

Et nous nous demandons, cher Monsieur, si l'agression d'une femme par vos agents, à coups de pieds et de matraques, devant les objectifs des caméras, constitue une erreur non voulue ?

Et nous nous demandons, cher Monsieur, si la poursuite du journaliste Abdelfateh Bel Aid de la part de vos agents, son agression avec une barre métallique, la confiscation de ses outils de travail et les insultes auxquelles il a eu droit, constituent une erreur non voulue pouvant s'inscrire dans le cadre des erreurs que nous pouvons pardonner ?

Nous nous demandons si l'agression de 14 journalistes (oui 14 journalistes !!!) malgré la présentation de leurs cartes de presse constitue une erreur non voulue ?

Nous nous demandons si l'intrusion agressive de vos agents au sein du siège du département d'études de l'UGTT à l'avenue Carthage constitue une erreur non voulue?

Monsieur le Ministre,

Vous n'avez cessé de dénoncer la violence et nous vous avons soutenu, sauf qu'en ce vendredi 6 mai 2011, vos agents ont été à la source de la violence, de la sauvagerie et de la barbarie... Une violence menée par des agents cagoulés appartenant à votre ministère... Et nous ignorons toujours, cher Monsieur, les raisons qui pourraient justifier qu'un agent appartenant à votre ministère - agent qui ne fait qu'appliquer les ordres et dont la mission exclusive est de maintenir l'ordre et de garantir la sécurité du citoyen - porte une cagoule empêchant de le reconnaître et empêchant le citoyen victime d'agression et de violence de connaître l'identité de son agresseur et de le poursuivre en justice?

Monsieur le Ministre,

Nous avons vu au centre ville en ce vendredi 6 mai 2011 un nombre impressionnant de vos agents dont la mission était de disperser une manifestation pacifique à laquelle ont participé quelques centaines de citoyens alors que nous n'avons pas vu le quart de ce nombre pour garder et protéger les prisons desquelles s'évadent quotidiennement des dizaines de détenus ou pour protéger les établissements publics incendiés régulièrement par des entités contre révolutionnaires... Et nous nous demandons, cher Monsieur, si imposer le prestige de l'État passe uniquement par la répression des citoyens en les privant de leur droit à manifester pacifiquement?

Monsieur le Ministre,

Le traitement sécuritaire et répressif des affaires politiques et intellectuelles figurent parmi les premières causes de cette Révolution et de la colère du peuple face au régime du président déchu et il nous paraît aujourd'hui que votre ministère continue à exercer ses missions de la même manière. Ce qui s'est passé en ce vendredi 6 mai 2011 n'est pas le premier incident enregistré depuis que vous êtes à la tête du ministère de l'intérieur mais un scénario qui s'est produit à plusieurs reprises et à des degrés différents chaque fois que les jeunes sont sortis dans les rues avec pour seules armes une voix retentissante et un cœur rempli d'amour pour cette patrie.

Monsieur le Ministre,

Nous vous prions d'excuser notre franchise mais nous vous demandons d'assumer vos responsabilités face au peuple et à la patrie et nous vous demandons clairement, tout comme nous l'avons demandé au président déchu : Partez !

Zied Hmili (Agent bancaire) - Alaeddine Zaatour (Etudiant) - Yassine Ayari (Ingénieur) - Olfa Riahi (Chef d'entreprise et animatrice radio) - Emna Ben Jemaa (Professeur universitaire et journaliste) - Nouâm Dhaoui (Professeur universitaire) - Amine Rekik (Médecin) - Amir Hnain (Ingénieur) - Mohamed Jribi (Ingénieur) - Hamza Bouhela (Etudiant) - Soukaina Jemni (Etudiante) - Henda Chenaoui (Journaliste) - Adel Ben Naji - Lilia Oueslati (Journaliste) - Ahmed Hammami (Directeur d'agence de voyage) - Wathik Ben Jebli (Designer) - Talel Larbi (Ingénieur) - Anis Guiga (Designer) - Nacef Bennour (Responsable commercial) - Sami Ben Sassi (Médecin) - Zied Kanoun (Responsable Commercial) - Samia Touati (Professeur universitaire) - Selim Thebti (Psychologue Clinitien) - Faten Abdelkafi (Femme au foyer)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com