Nicolas Le Riche, bye-bye l’homme-oiseau

C’est par un tweet matinal de Pierre Bergé que j’ai appris la retraite de Nicolas Le Riche.  

Nicolas Le Riche  © DR Nicolas Le Riche © DR

C’est par un tweet matinal de Pierre Bergé que j’ai appris la retraite de Nicolas Le Riche.  

 

© Pierre Bergé

 

Danseur incomparable, idole de son temps, Nicolas Le Riche avait intégré l’école de danse de cet Opéra de Paris qu’il quitte aujourd’hui, dès 1982. Sa carrière l’a portée sur toutes les scènes du monde, et tant d’amateurs et de professionnels ont grandit avec lui, admirant cet homme qui a su tout danser.

 

Pour le plaisir, on reverra quelques uns de ses plus grand succès. Celui, à la scénographie certes un peu ampoulée, du Boléro de Maurice Béjart :

 

Facebook © Tutt'ART@ di Maria Laterza

 

Celui de l’ «Après-midi d’un faune », quand Nicolas Le Riche marchait sur les traces de Nijinski :

 

POB - L'après midi d'un Faune - Nicolas Le Riche © Marc Milleseptcentcinquantesix

 

Celui surtout, du Jeune Homme et la Mort, chorégraphié par Roland Petit sur la musique de Jean-Sébastien Bach et un argument de Jean Cocteau :

 

YouTube

 

Dans cette autre vidéo d’une demie-heure, le chorégraphe Roland Petit raconte les coulisses de cette création, et Nicolas Le Riche livre quelques détails sur la conception et la préparation de ce qui fut sans conteste son plus grand succès.

 

Le jeune homme et la mort Nicholas Le Riche - Marie-Claude Pietragalla © judith booth

 

La retraite, tout danseur la redoute, et bien souvent, nie sa perspective tout au long de sa courte carrière. Dans son ouvrage Danser (Editions La Découverte), Pierre Emmanuel Sorignet publie le témoigne d’Agnès, danseuse âgée de quarante ans : « L’acte de danser, c’est une sorte d’abandon total de tout le reste, il y a une évidence où ma vie est claire, où je ne me pose plus aucune question. C’est un bonheur plein. C’est à cet endroit-là que je dois être, tout concorde. C’est dur de dire au revoir à tout cela. »

Que fera Nicolas Le Riche après cet « au revoir » ? Il tournera un programme baptisé «Itinérances» à partir d’avril comprenant diverses chorégraphies, telles l’Annonciation d'Angelin Preljocaj, Le Jeune Homme et la Mort et l’une de ses propres créations. Il vient de chorégraphier un pas de deux pour Claire-Marie Osta et lui-même, sur une composition d'Arvo Part. « Quitter l'Opéra ne me laisse pas démuni, dit désormais Nicolas Le Riche, ce que j'ai été, je le porte en moi et je continuerai à l'être.»

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.