Pierre Puchot
Reporter Maghreb & Moyen-Orient
Journaliste à Mediapart

47 Billets

6 Éditions

Billet de blog 14 mai 2014

Pierre Puchot
Reporter Maghreb & Moyen-Orient
Journaliste à Mediapart

En Tunisie, vive émotion après l’arrestation d'Azyz Amami et Sabri Ben Mlouka

La nouvelle fait l’objet de vives discussions dans les différents programmes radio et de télévision tunisiens. Figure de la révolution tunisienne, engagé depuis dans la vie associative, le blogueur Azyz Amami a été arrêté lundi soir en compagnie d'un ami, le photographe Sabri Ben Mlouka, après un contrôle routier.

Pierre Puchot
Reporter Maghreb & Moyen-Orient
Journaliste à Mediapart

La nouvelle fait l’objet de vives discussions dans les différents programmes radio et de télévision tunisiens. Figure de la révolution tunisienne, engagé depuis dans la vie associative, le blogueur Azyz Amami a été arrêté lundi soir en compagnie d'un ami, le photographe Sabri Ben Mlouka, après un contrôle routier.

Aucun motif n'est pour l'heure venu justifier de l’arrestation, la rumeur faisant état d’une détention de cannabis, ce que nient les avocats des deux hommes. Un délit qui, selon loi tunisienne, est passible d’une peine de une à cinq années de prison ferme et de 1.000 (500 euros) à 3.000 dinars d’amende.

L’avocat Bassem Trifi, qui s’est rendu au commissariat de la Goulette (banlieue de Tunis) où sont détenus les deux jeunes gens, confirme qu’ils ont subi des violences lors de leur arrestation, le visage d’Azyz Amami portant notamment des traces de coups.

Ces deux arrestations interviennent alors qu’Azyz Amami menait un combat au sein d’un collectif baptisé «Moi aussi, j’ai brûlé un poste de police», pour soutenir la cinquantaine de manifestants actuellement poursuivis ou déjà condamnés à des peines de prison ferme, pour avoir participé à des manifestations et à la dégradation de postes de police lors de la révolution. « Pendant une révolution, vous brûler des symboles de l’Etat, donc des postes de polices, pas des poubelles», souligne cependant Ghazi Mrabet, l’un des avocats d’Azyz Amami et Sabri Ben Mlouka.

Début mai, lors d’une émission télévisée, Azyz Amami avait dénoncé à l’antenne le fait que, selon ses informations, ce serait en réalité les policiers du commissariat de la Goulette qui aurait eux-mêmes incendiés leur propre poste. Or les policiers qui ont arrêté Azyz Amami et Sabri Ben Mlouka sont issus de ce commissariat. Le comité constitué pour la libération d'Azyz Amami et Sabri Ben Mlouka, qui a reçu le soutien de nombreux partis et associations dont Al Joumhouri (centre), dénonce par conséquent une arrestation pour des motifs politiques.

Membre depuis mars 2014 du comité pour la révision de la loi 52 (Al Sajin 52, «le prisonnier 52») sur les stupéfiants, Ghazi Mrabet fait par ailleurs état d’un courrier transmis au premier ministre en début d’année pour une révision de la loi : « la sévérité des peines est disproportionnée, juge l'avocat, et cette loi, qui date de 1992, sert de prétexte depuis l’époque de l'ancien dictateur Ben Ali à l’arrestation d’artistes, de blogueurs et d’opposants politiques, qui se sont multipliées ces mois derniers. Dans le même temps, la loi n’a pas donné de bons résultats, puisque le nombre de consommateurs et de personnes condamnées n’ont cessé d’augmenter. Il est donc grand temps d’ouvrir un débat national sur le sujet, pour aboutir à la révision de la loi.»

Azyz Amami et Sabri Ben Mlouka doivent désormais passer jeudi devant le procureur, la procédure permettant à la police tunisienne de les maintenir en garde à vue pendant une période de trois jours, renouvelable une fois. Le procureur décidera alors la remise en liberté ou de les déferrer devant un juge d’instruction.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez