Pierre Puchot
Reporter Maghreb & Moyen-Orient
Journaliste à Mediapart

47 Billets

6 Éditions

Billet de blog 14 mai 2014

En Tunisie, vive émotion après l’arrestation d'Azyz Amami et Sabri Ben Mlouka

La nouvelle fait l’objet de vives discussions dans les différents programmes radio et de télévision tunisiens. Figure de la révolution tunisienne, engagé depuis dans la vie associative, le blogueur Azyz Amami a été arrêté lundi soir en compagnie d'un ami, le photographe Sabri Ben Mlouka, après un contrôle routier.

Pierre Puchot
Reporter Maghreb & Moyen-Orient
Journaliste à Mediapart

La nouvelle fait l’objet de vives discussions dans les différents programmes radio et de télévision tunisiens. Figure de la révolution tunisienne, engagé depuis dans la vie associative, le blogueur Azyz Amami a été arrêté lundi soir en compagnie d'un ami, le photographe Sabri Ben Mlouka, après un contrôle routier.

Aucun motif n'est pour l'heure venu justifier de l’arrestation, la rumeur faisant état d’une détention de cannabis, ce que nient les avocats des deux hommes. Un délit qui, selon loi tunisienne, est passible d’une peine de une à cinq années de prison ferme et de 1.000 (500 euros) à 3.000 dinars d’amende.

L’avocat Bassem Trifi, qui s’est rendu au commissariat de la Goulette (banlieue de Tunis) où sont détenus les deux jeunes gens, confirme qu’ils ont subi des violences lors de leur arrestation, le visage d’Azyz Amami portant notamment des traces de coups.

Ces deux arrestations interviennent alors qu’Azyz Amami menait un combat au sein d’un collectif baptisé «Moi aussi, j’ai brûlé un poste de police», pour soutenir la cinquantaine de manifestants actuellement poursuivis ou déjà condamnés à des peines de prison ferme, pour avoir participé à des manifestations et à la dégradation de postes de police lors de la révolution. « Pendant une révolution, vous brûler des symboles de l’Etat, donc des postes de polices, pas des poubelles», souligne cependant Ghazi Mrabet, l’un des avocats d’Azyz Amami et Sabri Ben Mlouka.

Début mai, lors d’une émission télévisée, Azyz Amami avait dénoncé à l’antenne le fait que, selon ses informations, ce serait en réalité les policiers du commissariat de la Goulette qui aurait eux-mêmes incendiés leur propre poste. Or les policiers qui ont arrêté Azyz Amami et Sabri Ben Mlouka sont issus de ce commissariat. Le comité constitué pour la libération d'Azyz Amami et Sabri Ben Mlouka, qui a reçu le soutien de nombreux partis et associations dont Al Joumhouri (centre), dénonce par conséquent une arrestation pour des motifs politiques.

© 

Membre depuis mars 2014 du comité pour la révision de la loi 52 (Al Sajin 52, «le prisonnier 52») sur les stupéfiants, Ghazi Mrabet fait par ailleurs état d’un courrier transmis au premier ministre en début d’année pour une révision de la loi : « la sévérité des peines est disproportionnée, juge l'avocat, et cette loi, qui date de 1992, sert de prétexte depuis l’époque de l'ancien dictateur Ben Ali à l’arrestation d’artistes, de blogueurs et d’opposants politiques, qui se sont multipliées ces mois derniers. Dans le même temps, la loi n’a pas donné de bons résultats, puisque le nombre de consommateurs et de personnes condamnées n’ont cessé d’augmenter. Il est donc grand temps d’ouvrir un débat national sur le sujet, pour aboutir à la révision de la loi.»

Azyz Amami et Sabri Ben Mlouka doivent désormais passer jeudi devant le procureur, la procédure permettant à la police tunisienne de les maintenir en garde à vue pendant une période de trois jours, renouvelable une fois. Le procureur décidera alors la remise en liberté ou de les déferrer devant un juge d’instruction.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali
Journal
Professeurs non remplacés : la Cour des comptes dénonce une « défaillance institutionnelle »
Dans un rapport publié jeudi, les magistrats financiers se penchent sur les absences des enseignants qui font perdre aux élèves 10 % d’heures de cours dans les lycées. Les deux tiers sont liés à une mauvaise organisation de l’Éducation nationale.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo