Bronx-Barbès, dans la fièvre des ghettos d’Abidjan

YouTube

C'était au mois de novembre 2000. Le film venait de sortir en salle à Paris et, fascinés, nous étions quelques-uns a avoir eu besoin de plusieurs séances pour étancher la soif d'images et de verbe qu'avait suscité en nous l'histoire de Nixon et Toussaint, deux «fistons» d'Abidjan sans le sou, mais pleins de malice, de vie, de sang.

 

Incroyable immersion au sein des ghettos qui bordent la capitale de la côte d'Ivoire, Bronx-Barbès est une fiction réaliste d'Eliane de Latour, anthropolgue et cinéaste, qui porte le spectateur vers un horizon que l'on aurait cru inatteignable.

 

Ce mercredi 18 février, Bronx-Barbès sort en DVD, édité par Arte et agrémenté d'un documentaire de 55 minutes sur le tournage et la genèse du film, une véritable pépite qui dévoile sans fard casting, répétitions, scènes de tournage (-où comment faire passer quatre jours de narration en 10 secondes de temps réel dans un même plan séquence-), destin tragique ou heureux des acteurs presque tous issus des ghettos, à l'image de Loss, l'adolescent déniché en prison, qui interprète le personnage de Nixon.

 

Bronx-Barbès en DVD, c'est un cadeau, une occasion unique de se (re)plonger dans le Bronx abidjanais, ses lois, sa violence, son langage, ses maximes aussi, comme celle de Nixon, dont l'humour résume toute la dynamique du film : «Ici, dès qu'un singe arrive à grimper sur l'arbre, il chie sur la tête des autres.»

 

Eliane de Latour, pourquoi avoir choisi le mode de la fiction pour évoquer les ghettos d'Abidjan ?



Comment s'est déroulée l'enquête ?


Le fait d'être une femme dans cet environnement si masculin ne constituait pas une difficulté supplémentaire ?



Comment êtes-vous parvenu à ce subtile compromis, entre le langage local et les attentes du public non-initié, qui donne tout sa puissance à Bronx-Barbès ?


Dans quelle mesure ce film a-t-il était écrit avant le tournage ? La scène si marquante du récit du braquage chez le Mauritanien, c'est vous qui l'avez écrite ?



Vous êtes d'abord anthropologue avant d'être cinéaste. Comment s'effectue le passage de l'un à l'autre ?


À quel projet cinématographique travaillez-vous actuellement ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.