Et ce mois-ci, le prix de la désinformation est attribué à…

«Servir la soupe» tunisienne, les médias français ont toujours su faire. La palme de la servilité journalistique et de la désinformation revient ce mois-ci au mensuel Afrique Asie, qui tire à 43.000 exemplaires, et propose, avec son numéro du mois d'octobre, un hors série sobrement titré: «Tunisie: Pourquoi ça marche».

Couverture du mensuel «Afrique Asie» en octobre  © DR Couverture du mensuel «Afrique Asie» en octobre © DR

«Servir la soupe» tunisienne, les médias français ont toujours su faire. La palme de la servilité journalistique et de la désinformation revient ce mois-ci au mensuel Afrique Asie, qui tire à 43.000 exemplaires, et propose, avec son numéro du mois d'octobre, un hors série sobrement titré: «Tunisie: Pourquoi ça marche».
À la veille des élections présidentielles et législatives, qui auront lieu dimanche 25 octobre, l'équipe a mis le paquet, et le sommaire se passerait presque de commentaire :
Éditorial : Pourquoi ça marche
Diagnostic: Les recettes d'un pays qui avance
Prospective: Les défis des prochaines années
Vie politique: En pleine mutation
Analyse: Une démocratie responsable et graduelle
Campagne: Un leader et trois challengers
Processus électoral: En toute transparence
Politique étrangère: Une diplomatie tranquille...
A mi-numéro, un petit «bonus», le «témoignage» d'Éric Fottorino: «Je suis un pont sur la Méditerranée.» En fait, un petit entretien réalisé avec le directeur de la rédaction du journal Le Monde, à l'occasion d'un dîner avec l'ambassadeur de la Tunisie en France.
Au final, 106 pages de pure intégrité journalistique, dont le site officiel de Ben Ali n'a pas manqué de se faire l'écho. De quoi devancer haut la main Jeune Afrique et Afrique magazine qui propose pourtant ce mois-ci, outre un «entretien exclusif» avec Ben Ali, un dossier de 15 pages sur «ce pays jeune et complexe».
Parmi les papiers qui donnent la nausée, on retiendra cette «analyse» (anonyme, la plupart des articles du numéro étant écrits par les six journalistes employés par le journal) dont le subtil intertitre vente «la stabilité politique et la paix sociale qui y règne»... en Tunisie. Un point de vue particulièrement audacieux pour un pays où la torture est quotidienne, où la répression du mouvement du bassin minier de Gafsa, en grève depuis la fin 2007, a conduit l'armée et la police tunisienne déployée en masse à tuer un manifestant par balle....
Il faut dire qu'Afrique Asie n'en est pas à son coup d'essai:

 © Afrique Asie © Afrique Asie

Commentaire du directeur de la rédaction d'Afrique Asie, Majed Nehmé, joint par téléphone, et qui a eu la gentillesse de nous offrir un exemplaire de son journal : «La Tunisie est un pays qui avance, et c'est ce que nous voulons montrer. Si, de votre côté, vous voulez écrire des articles avec vos préjugés, c'est votre problème...On ne peut pas non plus importer dans les pays arabes le même modèle démocratique que celui qui existe dans les pays occidentaux. La démocratie, si, et d'ailleurs la Tunisie est une démocratie, avec des élections. Mais le même modèle, non

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.