LE BAL DES TARTUFFES...

Devant l'horreur, la sidération, l'immense douleur et la désolation de l'attentat-massacre de Nice, on pouvait s'attendre à ce que les petits calculs politiciens laissent la ,place à une douleur et une solidarité nationales. Cette douleur, cette solidarité furent bouleversantes dans le peuple, elles furent réelles à l'étranger, elles furent traitées avec efficacité par les services de la sécurité

 

Mais chez nos politiques, point de solidarité, encore moins de décence dans le respect de la douleur !....En novembre 2015, les attentats avaient pris de court la Droite qui ne pouvait décemment critiquer l’exécutif qui faisait front. Depuis elle s'est rattrapée, rejoignant naturellement les populistes-attrappes-tout qui dès le 14 novembre tiraient parti de ces attentats révoltants.. Mais cette fois-ci, l'occasion était trop belle: 84 morts , plus de 200 blessés dont 20 au pronostic vital engagé et cela à 6 mois des primaires de droite , de gauche et à moins d'un an de la présidentielle...

C'est fut alors le bal des tartuffes inauguré par Christian Estrosi , subrogé maire de Nice, qui dès le petit matin exigeait benoitement des explications du gouvernement , la liste des complices du tueur et des sanctions graves, oubliant que de par ses fonctions, il était aussi responsable de la sécurité dans sa ville . C'est alors que tout l'éventail de la Droite s'est déchainé, de Dupont-Aignan , le gagnant du concours Lépine ( " J'ai une solution à tout!") à Juppé-le-sage, Raminagrobis recentré , en passant par l'inévitable, l’immanquable Napo-le-petit qui enrageant de ne pas être aux affaires en ces moments épiques, lâcha dans un soupir:" Il faudra bien qu'un jour on dise certaines choses et qu'on les fasse..." Transfigurés par la portée de cet aveu douloureux, les journalistes présents ( faut pas déconner, ces confidences historiques, c'est pour la presse, pas pour le peuple!...) s'empressèrent de répandre dans les rédactions cette parole décisive...

Pour mémoire, citons aussi Marine-chalut-petite-maille et Phippot-flux-continu qui pour la Nième fois ont exigé la démission du gouvernement, la démission du Président de la République et la tenue d'un référendum sur le Frexit, la routine quoi...On pourrait en rire dans d'autres circonstances, mais pas aujourd'hui, après cet attenta- massacre aveugle !...Car ces élus du peuple, supposés le représenter et défendre ses intérêts font le jeu de Daesh : faire s'affronter la société française pour qu'elle se délite jusqu'au chaos. Et cela pour des considérations et intérêts personnels endimanchés à la hâte d'intérêt public et du fameux " Le peuple a le droit de savoir", bonheur-des-dames des chaînes d'info continue.

Pitoyable, honteuse Droite!... Il était un temps où elle était qualifiée de "plus bête du monde." Aujourd'hui, elle est roublarde et incivique!..Certes, tous à droite n'ont pas cette déplorable attitude , mais c'est malheureusement les leaders qui l'ont et qui s'en servent !... Et la Gauche ou plutôt les Gauches, comment se comportent-elles?...Pas beaucoup mieux, hélas ....Si des personnalités de droite ou de gauche ont des comportements tragiquement similaires, en revanche la pensée de gauche et celle de droite ne sont pas miscibles, comme certain "Marcheur" voudrait nous le faire croire.

Serait-ce trop demander à la représentation nationale d'être solidaire , non pas seulement des victimes , des pompiers, des forces de l'ordre, de la sécurité civile, des service de secours d'urgence et de santé publique, ce qu'ils ne manquent pas de faire, à juste raison, après chaque catastrophe ou attentat, mais de retrouver cet esprit, cette conscience nationale qui au lendemain du 16 novembre et pendant plusieurs jours a uni la France dans la douleur mais aussi dans le refus de céder, dans la farouche volonté de faire front ?...

Prenez exemple, mesdames et messieurs les politiques, sur ce formidable élan de solidarité et de compassion du peuple de France lors des inondations et, aujourd'hui, pour les familles des victimes et pour les blessés de l'odieux attentat de NIce !...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.