Les Retraités, une Force de Revendication et de Proposition qui s'ignore...

C’est bien connu, les retraités ne sont considérés par les politiques que lorsqu’ils peuvent constituer une force d’appoint aux revendications générales des actifs. Et quand leur cas est examiné à part par les gouvernements, surgit toujours une démonstration savante pour prouver que par rapport à l’inflation, les retraités ont en fait augmenté leur pouvoir d’achat de 0,x %.

Ah la bonne heure, les voilà rassurés !...

En ce qui concerne les oppositions, les retraités sont utilisés comme « tout-venant » qui grossit toutes les attaques contre le gouvernement en place.
Bien sûr, les régimes de retraites sont examinés en commission, avec les partenaires sociaux et au parlement. La réforme des retraites est une patate chaude que la droite refroidit brutalement en privilégiant la retraite par capitalisation et que la gauche essaye de résoudre, sans trop se brûler, en tentant de privilégier la retraite par répartition. Et tout cela se résout par des statistiques que d’éminents spécialistes technocrates concoctent , très loin des réalités de la vie quotidienne….
Dans la situation actuelle où
• la retraite par répartition est menacée à terme,
• le retour de la droite aux affaires est, malheureusement, déjà actée par certains à gauche, qui préfèrent rebondir sur un échec, déjà programmé par les médias qui en rajoutent de peur, d’abord, ne pas avoir su à temps d’où venait le vent et, ensuite, que leurs concurrents aient plus d’audience ou de lecteurs qu’eux
• les prévisions à 10, 20 et 30 ans annoncent que le ratio actifs/retraités changera radicalement : il y aura bien moins d’actifs pour plus de retraités,
• la société marchande, malheureusement avant les politiques, a intégré ces prévisions et harcèle les seniors de toutes sortes de propositions-tentations alléchantes sur le seul critère que leur pouvoir d’achat serait plus important que celui de la majorité des actifs. C'est est une contre vérité savamment entretenue par des publicités où les retraité(e)s sont éclaboussant de santé, souriants, bronzés à point et prêts à investir dans la pierre, les mobile- homes , des Lexus, Range Rover et autres signes extérieurs d’aisance heureuse, tout cela bien loin de la réalité quotidienne, la majorité des retraites se situant entre 1000 et 1400 euros, sans 13ème mois et sans primes…Et quand le ou la retraité(e) a impudence de dépasser les 80 ans, il devient un SDF aux yeux des banques, assurances et marchands, car tout ce qu'il veut acheter, il est obligé de le payer cash !....
• Le seuil des petites retraites, au-dessous duquel des mesures favorables ont été prises, a été fixé "opportunément" à un niveau qui exclue la majorité de ces petites retraites d’autant que dans cette opération sont pris en compte les revenus-retraite ou pension par foyer et non par personne physique, ce qui fait qu’un foyer avec une pension de 1000 € + une retraite du conjoint de 700€, ne donnent plus droit aux mesures en faveur des petites retraites. Et pourtant, on est loin du bronzage intégral et de la croisière aux Caraïbes….
• Le déremboursement de certains médicaments dits de confort a été décidé uniquement en tenant compte des habitudes des actifs, faisant l’impasse sur les retraités qui, à côté de leurs traitements médicaux, souvent lourds, ont besoin aussi bien de ces médicaments de confort que de matériel et produits pharmaceutiques non remboursés, car c’est à leur âge qu’on en a le plus besoin.
• Les retraités participent , comme les actifs, à l’effort de solidarité nationale. Et pourtant, celles et ceux qui sont en retraite actuellement devraient presque s’excuser, vis à vis de l’opinion et particulièrement des actifs, sous prétexte qu’ils ont bénéficié de conditions plus avantageuses que les futures retraites, alors qu’ils ont cotisé 25, 37 ou plus de 40 ans suivant les différents régimes.
Pour toutes ces raisons, les retraités ne sont ni suffisamment respectés en tant que citoyens , ni suffisamment défendus à droite et même , malgré quelques avancées significatives, à gauche. D’autant que les instituts de sondages et leurs relais, les médias, ont décrété, de manière paresseuse, que les retraités étaient plus conservateurs que les actifs, ce qui est une stupidité . c’est une opinion qui date des années 70. L’allongement de la durée de vie, les progrès de la médecine , une meilleure alimentation plus diversifiée ont fait que les femmes et les hommes en retraite en 2016 n’ont plus rien à voir avec leurs prédécesseurs des années 70.
Les retraités militent jusqu’à un âge avancé non seulement dans des associations , mais aussi dans les partis politiques où ,malheureusement ils sont encore moins considères que les militants actifs. Leurs échanges avec les plus jeunes sont fréquents, sur les savoir-faire, sur les compétences et sur les expériences de chacun. Cet aspect n’est guère identifié par les politiques et pas assez par les entreprises, malgré les tentatives courageuses du programme intergénérationnel.
Malgré cela, le retraités n’ont que les associations pour les défendre. Et elles ne sont pas assez puissantes pour constituer des groupes de pression en face des pouvoirs publics et du patronat, dans les syndicats et les partis de gauche, en particulier le Parti Socialiste. Mais la défense des retraités, si elle passe par les revendications pour un revalorisation significative des retraites, en particulier les plus petites, ne se réduit pas qu’à cela. Les conditions de vie, la quotidienneté des contraintes sont évoquées dans les discussions mais rarement examinées en détail.
A persister à ignorer qu’ils sont une force de revendication et de proposition, les retraités resteront les mal-aimés de la nation, des prospects privilégiés pour la société marchande et un réservoir de voix pour les partis politiques, ce qui ne fera que croître dans les années à venir . Il est temps que les retraités se réveillent !...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.