MARTINE AUBRY SIFFLE LA FIN DE LA « RECREATION » !...

Au sein du Parti Socialiste, je n’ai jamais fait mystère de mon amitié et de mon estime pour Martine Aubry. Nous nous connaissons depuis un temps certain et aucun débat, aucun désaccord n’ont altéré ni l’amitié, ni l’estime que je lui porte. Il semble même que la réciproque soit vraie.

Au-delà des aspects personnels, il y a une raison majeure à cela : Martine Aubry a toujours affirmé son attachement à l’unité des socialistes.
C’est ce qu’elle a fait
• comme Premier Secrétaire, en remettant le Parti Socialiste au travail et en ordre de marche,
• en organisant les premières Primaires et malgré le fait qu’elle était concurrente, en montrant l’exemple de l’unité en faveur de l’élection de François Hollande,
• malgré ses critiques faites au gouvernement, en, refusant de répondre aux appels réitérés des dits « frondeurs » l’exhortant à signer une motion de censure « de gauche », cumulée avec celle du Front de gauche et… celle de la Droite !...
• En étant la première, en qualité de Premier Secrétaire, à être consciente de l’importance de la Culture (ce dont pas mal de leaders socialistes se gargarisent sur les estrades et sur les plateaux de télévision alors qu’il semble qu’il s’en préoccupent comme de leur première couche-culotte ... ) C’est elle qui a compris l’intérêt du Parti Socialiste Français à avoir un « Représentant Culture » au sein du Parti Socialiste Européen, ce que je fus pendant 3 ans après lui avoir révélé l’absence de tout débat sur la Culture au sein du PSE.
• A présent, en sifflant la fin de la « récréation » par cette déclaration : « Chez les socialistes, les gauches irréconciliables, ça n’existe pas !... »

Dieu merci , comme dirait Michel Onfray, cela change des invectives sournoises que s’échangent les micro-leaders de la gauche socialiste « éparpillée-façon-puzzle » !... Et le pire de la situation, c’est que parmi ces micro-leaders ; il y en a qui ont pleinement conscience de l’échec de leur démarche et qui sont prêts à accepter d’être dans l’opposition en 2017, à sauver leur siège au Parlement et à prendre d’assaut le Parti Socialiste , tout cela, bien entendu, au nom de l’intérêt du peuple !....
Espérons, toutefois que le sens de l’intérêt commun ou la raison, ou même le cynique calcul des trajectoires personnelles fassent « comprendre le réel » à ces intentions débridées ( dont certaines sont sincères) qui prétendent « aller à l’idéal » en ordre dispersé, ce qui risquerait irrémédiablement de déclencher la machine à perdre, c'est à dire d'écarter pour de longues années la Gauche de la gouvernance de notre pays.
Est-ce cela, ce que nous voulons , nous socialistes ?... Assurément pas !...Alors, réveillons nous de ce cauchemar hypnotique fait d'intentions sincères mais éparses, d'ambitions personnelles, d’égos débridés et de calculs sournois !...
Il n'est que temps de contribuer, chacun de nous, à l’unité des socialistes !...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.