Pour en finir avec les pratiques des fonds vampires

Les exemples de fonds vampires (fonds d'investissement qui prennent des participations majoritaires dans les entreprises pour pouvoir les saigner à blanc) se multiplient : il y a l'exemple de Mory-Ducros devenu Mory Global qui, après plusieurs plans de licenciements, est déclaré en faillite, malgré les participations de l'état, c'est-à-dire du contribuable. Il y a aussi le cas de Sansonite, évoqué récemment par Elise Lucet. Il y a aussi les pratiques qui consistent à se servir de son statut d'actionnaire majoritaire pour pousser les entreprises à s'endetter au delà de leurs capacités (FPEEFurnotel), tout en sachant qu'ainsi, on les tue.
Ce sont ces agissements beaucoup plus que le prétendu "coût du travail qui minent l'économie et tant que nous n'y aurons pas mis fin, les actionnaires de ces fonds continueront à tuer les entreprises, tout en profitant des dispositifs mis en place par les gouvernements aux frais du contribuable (CICE, crédit d'impôt recherche...)
J'ai proposé à Nouvelle Donne de se saisir de ce problème, pour rajouter à son programme des mesures réprimant les pratiques des fonds vampires. Mon blog sur Médiapart a reçu quelques propositions intéressantes sur ce sujet. Je les complète avec les miennes :
une interdiction légale d'endetter les entreprises pour rémunérer les actionnaires (FPEE, Furnotel)
Une législation aggravée en matière d'abus de biens sociaux pour toute infraction à la mesure précédente
L'interdiction pour un fonds d'investissement de reprendre une entreprise qu'il a lui même coulée, même par l'intermédiaire d'une de ses filiales (Mory-Ducros).
La création d'un "observatoire des fonds d'investissement" qui contrôlerait les pratiques de ceux-ci.
La mise en place d'une liste noire des fonds d'investissement, assortie d'une interdiction à ceux qui y figurent d'investir dans les entreprises françaises.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.