Soutien aux militants associatifs qui passent en procès le 24 juin.

Cinq militants du collectif contre le T4 sont assignés en justice pour une action de désobéissance civile. Dans le contexte actuel d'abandon du T4, toute condamnation de ces militants serait dénuée de sens. Soyons nombreux ce 24 juin sur le parvis de Bobigny, pour leur apporter notre soutien.

Quand les scientifiques, les experts et les associations de citoyens disent à nos "décideurs" politiques qu'une extension aéroportuaire est source de décibels supplémentaires impactant gravement la vie et la santé des riverains, que l'augmentation des émissions carbonées est incompatible avec les termes de l'accord de Paris, que l'aviation déverse sur les populations des tonnes de produits polluants, ils se trouvent atteints de surdité sélective. Nous écrivons bien "sélective" car ils sont, par contre, tout prêts à s'aligner sur les exigences des lobbies économiques, assorties au besoin de chantage à l'emploi, comme c'est le cas pour l'instauration d'un couvre-feu sur les vols de nuit : pour les riverains, demander six heures de sommeil sans être réveillés par les avions, c'est encore trop au regard d'entreprises choyées par le Gouvernement, comme Federal Express ou DHL Aviation.

Les associations de citoyens constatent beaucoup trop souvent qu'elles disent des choses raisonnables et qu'on ne les écoute même pas. Aussi les autorités politiques, qui ne savent même plus comment s'écrivent les mots "intérêt public", ne doivent-elles pas s'étonner qu'à cette dictature de l'économique réponde une désobéissance civile, à laquelle leur absence d'écoute confère une légitimité : ce fut le cas le 3 octobre 2020 à l'aéroport de Roissy où cinq militant(e)s, ayant réussi à pénétrer sur le tarmac, se sont mis devant un avion pour l'empêcher de décoller. Cette action non violente a été sanctionnée par une garde à vue de deux jours, d'une durée disproportionnée par rapport aux faits, à la suite de laquelle leur a été signifiée une inculpation.  Ils doivent passer en jugement le 24 Juin devant le tribunal correctionnel de Bobigny.                                                   
Depuis l'action civique du 3 octobre, qui exprimait le refus des citoyens d'être soumis à un accroissement des nuisances qui accablent ce territoire trop sollicité du Nord Est parisien, le Gouvernement, en abandonnant le projet T4 considéré comme "obsolète", leur donne implicitement raison. Mais on peut raisonnablement douter qu'il l'aurait fait sans une opposition citoyenne puissante.

Dans ce contexte, toute condamnation de ces militant(e)s n’aurait aucun sens. Nous devons à Audrey, Camille, Côme, Gabriel et Robin notre estime pour avoir osé et notre soutien face aux conséquences possibles de leur courage.

Pour un soutien actif, RV devant le tribunal de Bobigny le 24 juin.

(20+) Abandon du Terminal 4 : les activistes en procès | Facebook 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.