Pierre Sassier
Abonné·e de Mediapart

581 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mai 2021

Pierre Sassier
Abonné·e de Mediapart

Soutien aux militants associatifs qui passent en procès le 24 juin.

Cinq militants du collectif contre le T4 sont assignés en justice pour une action de désobéissance civile. Dans le contexte actuel d'abandon du T4, toute condamnation de ces militants serait dénuée de sens. Soyons nombreux ce 24 juin sur le parvis de Bobigny, pour leur apporter notre soutien.

Pierre Sassier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quand les scientifiques, les experts et les associations de citoyens disent à nos "décideurs" politiques qu'une extension aéroportuaire est source de décibels supplémentaires impactant gravement la vie et la santé des riverains, que l'augmentation des émissions carbonées est incompatible avec les termes de l'accord de Paris, que l'aviation déverse sur les populations des tonnes de produits polluants, ils se trouvent atteints de surdité sélective. Nous écrivons bien "sélective" car ils sont, par contre, tout prêts à s'aligner sur les exigences des lobbies économiques, assorties au besoin de chantage à l'emploi, comme c'est le cas pour l'instauration d'un couvre-feu sur les vols de nuit : pour les riverains, demander six heures de sommeil sans être réveillés par les avions, c'est encore trop au regard d'entreprises choyées par le Gouvernement, comme Federal Express ou DHL Aviation.
Les associations de citoyens constatent beaucoup trop souvent qu'elles disent des choses raisonnables et qu'on ne les écoute même pas. Aussi les autorités politiques, qui ne savent même plus comment s'écrivent les mots "intérêt public", ne doivent-elles pas s'étonner qu'à cette dictature de l'économique réponde une désobéissance civile, à laquelle leur absence d'écoute confère une légitimité : ce fut le cas le 3 octobre 2020 à l'aéroport de Roissy où une centaine de militants, ayant réussi à pénétrer sur le tarmac, se sont mis devant un avion à l'arrêt. Cette action non violente a été sanctionnée par une garde à vue de deux jours, d'une durée disproportionnée par rapport aux faits, à la suite  de laquelle a été signifiée une inculpation à cinq d'entre eux.  Ils doivent passer en jugement le 24 Juin devant le tribunal correctionnel de Bobigny.                                                   
Depuis l'action civique du 3 octobre, qui exprimait le refus des citoyens d'être soumis à un accroissement des nuisances qui accablent ce territoire trop sollicité du Nord Est parisien, le Gouvernement, en abandonnant le projet T4 considéré comme "obsolète", leur donne implicitement raison. Mais on peut raisonnablement douter qu'il l'aurait fait sans une opposition citoyenne puissante.
Dans ce contexte, toute condamnation de ces militant(e)s n’aurait aucun sens. Nous devons à Audrey, Camille, Côme, Gabriel et Robin notre estime pour avoir osé et notre soutien face aux conséquences possibles de leur courage.

Pour un soutien actif, RV devant le tribunal de Bobigny le 24 juin.

(20+) Abandon du Terminal 4 : les activistes en procès | Facebook 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon