Un milliardaire plaide pour les 32 heures

"Timeo Danaos et dona ferentes" (je crains les grecs, même quand ils me font des cadeaux). C'est ce vers, tiré de l'Eneide de Virgile, qui m'est venu en mémoire lorsque j'ai appris, sans autre précision, que le milliardaire américain Carlos Slim proposait une réduction du temps de travail à 32 heures. Je me suis dit : cela est trop beau pour être vrai, cela cache quelque chose.
Et bien, renseignements pris, j'avais raison de me méfier. Car la mesure est assortie de quelques conditions :

- d'abord, le travail hebdomadaire aura une durée de 11 heures par jour. vous vous voyez travailler 11 heures d'afilée ? Du simple point de vue de l'employeur, cette idée est une ineptie, car une durée de travail trop longue fera baisser la productivité.
- Quid du repos dominical ? Ce n'est pas précisé. Or on sait que les syndicats, pour une fois tous d'accord, ont mené des actions y compris en justice pour le respect du repos dominical et contre le travail de nuit. Le dimanche est un jour où toute la famille se retrouve, il a donc une fonction sociale et il ne doit pas être supprimé.
- Enfin, cerise sur le gâteau, il faudrait travailler jusqu'à 75 ans.  Encore une autre imbécillité, car la plupart des travailleurs sont usés à cet âge et il s'en suivrait -là encore- une baisse générale de la productivité. De plus, est-on certains de pouvoir maintenir l'emploi jusqu'à cet âge, alors qu'aujourd'hui, un chômeur de 50 ans a toutes chances de ne jamais retrouver d'emploi ?

J'ai même entendu dire que cette proposition est conforme à ce que propose Nouvelle Donne et que nous devrions nous en réjouir ! Et bien non, les élucubrations de Carlos Slim ne nous font pas rêver !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.