Pierre Sassier
Abonné·e de Mediapart

543 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 nov. 2021

Monsieur Strehaiano et le Boulevard du Parisis

Le conseil municipal de Soisy-sous-Montmorency examinait jeudi dernier une motion émanant de l'opposition en vue de l'abandon du boulevard intercommunal du Parisis (BIP). Récit d'une manipulation.

Pierre Sassier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A l'heure où trois communes du Val d'Oise (Montmorency, Groslay, Deuil la Barre ont voté à l'unanimité des conseillers municipaux une motion contre le boulevard intercommunal du Parisis (BIP), la minorité au conseil municipal de Soisy-sous-Montmorency a, à son tour, fait mettre à l'ordre du jour le 26 novembre une motion d'opposition au projet. Mais la tentative s'est conclue par la déconfiture de cette opposition, car le maire de cette commune, qui a pris parti en faveur du BIP dont le tronçon Est arrive à proximité du champ de course d'Enghien, contrôle une majorité écrasante du Conseil, bien que réélu de justesse (78 voix d'avance aux dernières élections). Comment, dans ces conditions, peut-il prétendre parler au nom d'une majorité qui serait en faveur du projet sans même avoir fait un sondage d'opinion sur le sujet ? Mais il faut rappeler qu'en 2015, le maire de Soisy a été condamné par le tribunal Administratif de Pontoise pour "non-respect des droits de l'opposition". C'est dire que monsieur Strehaiano ne s'embarrasse pas de démocratie !

La présentation de la motion par le porte-parole de la minorité a été précédée d'une introduction rappelant les effets néfastes du projet : aggravation de la pollution sonore, diminution de la qualité de l'air, augmentation de la circulation automobile à l'heure où l'on devrait plutôt tabler sur une décroissance, mort de la biodiversité et, sur un autre plan, comme à Montmorency, une ville coupée en deux et aussi une gabegie financière engloutissant des investissements dont on a besoin pour réaliser la transition écologique. Le texte de la motion elle-même, très laconique, tenait en quatre points : une prise de position résolue contre le projet du BIP ; un engagement à mobiliser les moyens juridiques et politiques pour le combattre ; une demande adressée aux instances régionales et départementales pour qu'elles abandonnent le projet ; une demande aux instances départementales de mise à disposition des emprises prévues pour le BIP en vue de réaliser des espaces verts.

Dans sa réponse, le maire commence par une pirouette digne de la dialectique jésuitique : comment,dit-il, peut-on prendre parti contre un projet qui n'existe pas ?  On peut lui rétorquer : Comment pouvez-vous dire qu'il n'y a pas de projet alors que vous vous êtes clairement positionné pour la prolongation du BIP ? Tout au moins, dit la Gazette du Val d'Oise, dans la traversée de la commune de Soisy. En outre, le projet , même suspendu depuis 2016, est en cours de réalisation : deux tronçons, à l'est et à l'ouest sont déjà fonctionnels et attendent les travaux qui permettront leur jonction. Le projet existe donc au moins dans les intentions des autorités départementales et régionales et c'est à ces intentions que se sont opposées les trois communes citées plus haut.

Un autre point, soulevé par l'opposition, est l'engorgement de l'avenue Kellerman en sortie de la section ouest du BIP, sous l'effet d'un nombre croissant de véhicules de transit. C'est un problème, sinon créé de toutes pièces, au moins aggravé par la municipalité qui a aménagé cette avenue de deux fois deux voies en une fois deux voies, sous prétexte de créer des parkings le long de l'avenue. Une mauvaise synchronisation des feux aggrave encore le problème. Mais, plutôt que de rétablir l'ancienne configuration, le maire de Soisy préfère transférer ses problèmes sur la commune voisine de Montmorency. Il justifie cela par les difficultés des riverains à s'insérer dans le flot de voitures, sans réellement convaincre, car le passage en deux fois une voie est plutôt de nature à empirer ces difficultés. Bien plus encore, la création du BIP aura pour résultat un nouvel accroissement de la circulation de transit, dont le passage de nombreux poids lourds que l'on constate déjà sur la partie Est déjà réalisée. On aura ainsi mis en place une solution pire que le mal. Et l'opposition a beau jeu de constater que, plutôt que d'étudier les alternatives qu'elle présentait dans son programme aux élections municipales (rétablissement de l'avenue Kellerman en 2x2 voies, mise en place d'une application sur smartphone signalant des itinéraires alternatifs), le maire choisit la solution de facilité : proposer une autre nuisance et en faire "profiter" l'ensemble des communes concernées par le projet.

Monsieur le Maire a aussi donné la pleine mesure de son côté manipulateur : à la motion présentée par l'opposition, il en substitue une tout à fait différente qu'il ose qualifier d'amendement. Un extrait de cette motion annonce clairement la couleur : "Le conseil municipal  de la ville de Soisy-sous-Montmorency rappelle que notre commune ne saurait se satisfaire d'un abandon pur et simple du projet de déviation sur la ville de Montmorency" (on croyait pourtant qu'il n'y avait pas de projet !). Ainsi le stratagème politique de "l'amendement" justifie qu'il passe outre aux demandes de vote de l'opposition pour faire voter sa propre motion et enterrer celle de l'opposition.  Mais, à en juger par son palmarès judiciaire déjà chargé (condamnation pour favoritisme de marchés publics, puis pour indemnités illégalement versées), ce maire, qui refuse toute transparence concernant les affaires de la commune et ne craint pas de mentir comme il respire, n'en est plus à une malhonnêteté près.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak