Gilet Jaune, guide de la bonne méthode

Ces derniers temps, beaucoup de Français se mobilisent au sein du groupement des gilets jaunes, dénonçant un profonds mal être de la société. Cependant, il s'avère que leurs méthodes sont loin d'être qualitatives, et leur revendications plus passéistes que constructives. Pourtant ils pourraient changer les choses s'ils appliquaient la bonne méthode.

Tout d'abord, parlons des revendications des Gilets Jaunes, s'ils ont raisons, c'est que la démocratie n'est pas réelle en France. Puisque si plus de la moitié de la population est d'accord avec eux, leur combat devrait être inutile. La vraie question que les gilets jaunes, et la plupart des manifestations, soulèvent, demeure une question de démocratie. Aujourd'hui la démocratie française se définie ainsi : un candidat préféré par 20% à 100% des français peut les gouverner, puis décider des projets pendant 5 ans (ce qui marche pour la présidentielle s'applique également aux élections législatives ou locales). Dans la plupart des cas, le candidat se situe entre 20 et 45% (parfois même moins...) et de cette préférence minoritaire, il arrive à être décideur pendant 5 ans (à hauteur de son corps électoral). Il devient évident alors que les choix d'une personne élue ont de grande chance d'être contraire au choix de la majorité des électeurs. 

Si on considère que démocratie signifie le pouvoir au peuple, à moins d'associer une pondération à chacun, nous pouvons convenir qu'une décision démocratique est celle qui rassemble plus de 50% du peuple. Or, l'état du système Français rend cela impossible. Le premier combat des Gilets Jaunes devrait donc être un combat pour la démocratie, afin de leur permettre de savoir si vraiment leur contestation a du sens.

Soit, changeons la démocratie, nos structures... Mais pour cela il faudrait probablement changer la constitution, et préférablement y réfléchir avant de la proposer aux Français.

Certains philosophes de la révolution avaient travaillé sur une constitution (de l'an 1) qui portait 2 principes fondamentaux :

- Le peuple français, par sa diversité, ne peut être représenté par une seule personne (donc exit le système présidentiel)

- Le vote des lois est fait localement, par des assemblées de 200 à 600 personnes au niveau cantonal (évidemment ça n'arrange ni les lobbies ni les parisiens)

Je rajouterais pour ma part que les élections doivent mettre en jeu un suffrage multinominal (on peut voter pour plusieurs personnes) comprenant un vote de refus (on peut refuser l'ensemble des candidats)

Changer la démocratie devrait être la première revendication des Gilets Jaunes. 

Venons-en désormais à la méthode.

Premièrement, ne jamais déranger le peuple. Car comme évoqué plus haut, la démocratie c'est plus de 50% du peuple. Si tu commences à te mettre des citoyens lambda à dos, tu as perdu.

En défendant la démocratie, par contre, tu pourras certainement convaincre tous ceux qui n'ont pas l'impression d'être justement représenté (environ 75% de la population). La cible, ce sont en réalité les députés, pour pouvoir les motiver à faire passer un référendum d'initiative populaire. C'est à dire qu'il faut convaincre environ 120 députés, appuyé par 4.5 Millions d'électeurs de faire passer un référendum. Les gilets jaunes sont capables de bloquer beaucoup de ronds-points, s'ils ne sont pas capables de convaincre 4.5 Millions d'électeurs, c'est que le peuple se plait dans ce type de démocratie et donc les Gilets Jaunes ne sont que minoritaires à penser que les lois sont injustes. 

Donc

  1. 1ère étape : créer un site qui permettent à 4.5 Millions de Français de signaler leur désir de faire changer la démocratie
  2. 2ème étape : Convaincre les 120 députés.

Certains chiffres évoquent 130 000 personnes mobilisées. Ce qui signifie que 1000 personnes peuvent se mobiliser pour convaincre un député. Comment le convaincre ? Déjà il serait fort intelligent d'accepter votre revendication immédiatement, surtout si vous avez déjà 4 millions de personnes qui vous soutiennent. Sinon, simplement en rendant sa vie personnelle et celle de sa famille suffisamment pénible pour qu'il comprenne qu'il vaut mieux céder au lieu de passer 4 ans pourris sans aucune chance d'être réélu.

Voilà, avec ces 2 étapes, qui n'ont aucunement fait défaut au peuple, vous pouvez passer à l'étape du référendum.

La question du référendum ne doit pas être du type : "voulez-vous une nouvelle constitution ?" Ou " Etes-vous d'accord avec l'action gouvernemental" ? Trop flou et n'apporte pas grand-chose.

Elle devrait plutôt être : "Voulez-vous mettre en place une démocratie liquide directe, avec prise en compte d'un vote multinominal (idéalement le décrire) à toutes les élections locales et nationales ainsi qu'un vote de refus." Dans le cas où le "oui" l'emporterais, au minimum une nouvelle élection législatives devrait avoir lieu.

Cependant, ce message n'arrivera certainement pas aux oreilles des gens qui pourraient mettre en place une telle action, et beaucoup préfère que le mouvement continu de se décrédibiliser. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.