Réponse à la lettre ouverte d'Alternative Citoyenne

L'association Alternative Citoyenne de Neuvy Saint Sépulchre a écrite récemment une lettre ouverte aux différents candidats à l'élection législative de la seconde circonscriptions de l'Indre pour alerter leur futur représentant de l'urgence de préserver les espaces naturels de bocage qui constituent, à juste titre, une partie de notre patrimoine rural. En tant que candidat, je leur répond.

Chers concitoyens, vous êtes préoccupé par la destruction des espaces de bocage et de notre patrimoine rural en général, et vous avez raison. Détruire une partie de la richesse de notre territoire pour des raisons de commodités de quelques uns est une faute grave qui nuira à court terme à l'image de l'Indre et, par conséquent, au tourisme qui demeure un atout économique important de la région. Sur ce sujet, je vous remercie de votre vigilance. Préserver la richesse du patrimoine passé est pour moi aussi important que créer notre patrimoine futur. Si je suis élu, j'aimerais réellement m'engager dans la défense et le développement de ces richesses. Concernant mon vote à l'Assemblée, je me suis engagé si je suis élu à respecter une démocratie locale, donc je ne suis pas seul décideur. Mais j'ai confiance dans le choix de nos citoyens pour soutenir votre combat car je sais combien ils apprécient ces éléments naturels qui parsèment nos campagnes et les préfèrent à des champs plats à perte de vue. Pour ma part, je me prononcerai personnellement contre la destruction de nos bocages au sein du conseil représentatif local que je veux créer. De plus, lors de mes déplacements et de mes rencontres, je communiquerais sur cette problématique afin de sensibiliser davantage chaque citoyen.

Au-delà du problème des bocages, je désire partager avec vous une autre facette de cette problématique dont nous sommes à la fois acteurs et victimes, et qui touche à notre patrimoine. Il s'agit de l'identité architecturale que nous « créons » dans l'Indre, mais également partout en France. Les espaces pavillonnaires qui ont « poussé » ces dernières décennies, sous l'impulsion de nos villes, de nos citoyens et de certains constructeurs, tout comme les zones d'activités ont infligé à notre territoire une cicatrice qu'il sera long et difficile de résorber. La ruralité, et le charme qu'elle conserve parfois, était basé sur de petits villages aux maisons rapprochées, prémices d'une petite ville, centrée sur une place où la plupart des habitants partageaient la vie des autres et des fermes, isolées à proximité. Les pavillons et les zones d'activités ont bousculés les codes. Les habitants des campagnes jouissaient de relations et de commerces de proximité, mais notre nouvelle organisation a cultivé l'individualisme, au détriment de notre patrimoine et notre tourisme. Autrefois l'aspect social de proximité retenait nos jeunes et garantissait une solidarité entre les citoyens. Nous pouvons adopter dans l'Indre une politique de développement urbain et rural de meilleure qualité, et offrir à l'Indre une identité architecturale qui permettra de développer le tourisme du 21ème siècle. Dans les actions que je veux engager, si les citoyens l'acceptent, figurera la définition de cette identité du patrimoine, par zone, et la création d'agora, où les citoyens pourront partager des moments de leur vie avec d'autres. Ce sera un projet à long terme, qui aboutira dans 50 ou 100 ans mais sera l'héritage que nous laisserons à nos enfants, et nous devons les rendre fiers.

Encore une fois, je défendrai à vos cotés les richesses de notre territoire, passées ET futures.

Découvrez ici la lettre ouverte : https://www.francebleu.fr/infos/climat-environnement/boischaut-sud-un-collectif-de-citoyens-se-mobilise-contre-l-arrachage-des-haies-agricoles-1495629656

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.