Comment devait se passer le Brexit

Plusieurs années de manigances, de combat politique, de perte de temps inutile pour décider du devenir du Brexit, alors qu'il suffisait juste de faire les choses bien.

Le Brexit est le symbole d'un échec, celui de la démocratie représentative ou plutôt démocratie "usurpatrice", les représentants usurpant la voix des électeurs correspondant à leur représentativité. Le terme représentatif est plus un terme marketing qu'une réalité. C'est un peu comme si vous donniez pouvoir à un ami dans votre réunion de syndic de copropriétaire et qu'il votait l'inverse que ce que vous vouliez... Il représente votre voix mais pas du tout votre volonté. Propre d'un usurpateur.

Concernant le Brexit, rappelons tout de même que cette décision date du 23 juin 2016 soit 3 ans plut tôt.

La stratégie a été de donner la responsabilité aux représentant du peuple anglais de négocier les termes de la séparation.

Voici ce qu'il aurait fallu faire :

  1. Entamer la rédaction de plusieurs accords basés sur différentes directions politiques (sortie dure...)
  2. Faire voter le peuple anglais sur ces différents accords par un vote d'approbations ainsi qu'un vote de refus de Brexit (quitte à les refaire voter autant s'assurer qu'il n'ont pas changé d'avis entre temps)
  3. Conserver les solutions ayant récoltées une approbation supérieure à 50% (pour ma part je suis plutôt sur des minimums de 60% pour éviter les confrontation 50% vs 50% mais soit !)
  4. Faire voter ces solutions par le peuple européens
  5. Appliquer la solution ayant récoltée au moins 50% des votes européens et le plus d'approbation anglaises

 

Voilà la meilleure solution, bien loin de celle qui a été choisie par les pseudos représentants du peuple.

 

La raison en est soit la peur de la vraie démocratie soit l'incompétence, certainement les deux.

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.