Les élus n'ont pas de légitimité pour vendre les biens de l'état.

Appartient il aux élus, choisis pour une durée de quelques années, de prendre la décision de vendre des biens publics sur une durée plus longue que leur mandat. La réponse est non.

Que ce soit les concessions autoroutes, les actions dans une entreprises, des bâtiments publics, des terrains. Des élus représentant le peuple français à une date X pour N années n'ont aucune légitimité pour vendre un bien commun.

  • La première raison est que, certainement, cette vente n'a pas été présentée dans le programme sur lequel ils ont été élu.
  • La seconde est que le bien ne leur appartient tout simplement pas.
  • La troisième est que cela ouvre la porte à de grandes affaires financières obscures.

C'est un peu comme si votre locataire décidé de vendre votre maison pour investir l'argent dans un autre projet, sans vous demander l'autorisation.
Il s'agit simplement d'un pouvoir inacceptable et qui pourtant est bien ancré dans notre politique.

Autant la gestion du budget, tiré des impôts et des taxes annuelles est évidemment légitime pour les élus qui nous représente pendant cette période, autant une décision qui va au delà de leur mandat ne se justifie pas.

Si nous faisions le bilan de ce qui a été vendu et ce qui a été conservé, quel serait le résultat des 50 dernières années ? Désastreux vu l'inflation immobilière certainement. La possibilité qu'on les élus de vendre les biens publics est, avec de grandes chances, une nuisance pour le peuple Français. Ni légitime, ni intelligent, ce pouvoir doit leur être retiré.

 

Si vous partagez cet opinion, je vous invite à partagez et à signer cette humble pétition :

SIGNER LA PETITION SUR CHANGE.ORG

Elle pourrait faire l'objet d'une loi lors du référendum proposé par Macron lors des Européennes. Car d'après Monsieur Fabius, le referendum doit porter sur des propositions de loi. En voici une concrète ! Histoire de confronter notre président à ses bonnes intentions.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.