Quid des élections municipales 2020 ?

L'état a décidé de reporter le second tour suite à la crise sanitaire sans décision d'annuler les résultats du premier tour. Pourtant, il apparait évident que le risque sanitaire était présent lors de l'organisation du premier tour. Doit-on pour autant refaire un 1er tour ? La réponse est non. Ce n'est pas indispensable, il faut simplement faire un second tour, partout. Explications.

election-mg-3439

A ce jour, l'état a décidé de reporter le second tour suite à la crise sanitaire. Aucune décision d'annuler les résultats du premier tour n'a été prise. Pourtant, quelques jours plus tard, il apparait évident que le risque sanitaire était présent lors de l'organisation du premier tour. Des assesseurs et des candidats ont d'ailleurs contractés le Covid 19 ensuite. Il sera difficile de confirmer que cette contamination a eut lieu dans le bureau de vote, mais il reste évident que les mesures prise dès le lendemain de confinement général prouvent le danger qui entourait ces élections. Cette "crise" existante a clairement eut un effet sur le premier tour avec une abstention ayant augmenté de près de 20 points par rapport à 2014. Les victoires "limite" deviennent forcément contestables, mais aussi le nombre de conseillers élus dans chaque liste présente. Doit-on pour autant refaire un 1er tour, la réponse est non. Ce n'est pas indispensable, il faut simplement faire un second tour, partout. Explications.

 

Au problème Municipale-Crise Sanitaire, il existe une "bonne" solution pour corriger (Pas du point de vue sanitaire, le mal étant fait) le problème démocratique sous-jacent. Il s'agit d'un problème de représentativité évident. Le premier tour a eu lieu. Les résultats révèlent deux choses :

  • Abstention en hausse de 20% par rapport a 2014 pour une élection locale et mobilisatrice
  • Prime au maire sortant

C'est deux points peuvent être liés de la manière suivante :

Les maires en place disposaient d'un résultat en leur faveur à la suite des élections de 2014. Si l'avance était nette en 2014, des électeurs des listes opposantes se sont dit que le maire allait être probablement réélu et donc que leur vote n'allait pas changer la donne. Du coup inutile de prendre le risque de se déplacer. Des électeurs du maire sortant se sont dit : il va y avoir de l'abstention, il ne faut pas que celle-ci profite aux autres listes, pour éviter la mauvaise surprise, je dois aller voter.  Il s'agit donc d'un équilibre entre "inutilité d'aller voter" et "danger d'avoir ce qu'on ne veut pas". 2 dynamiques assez présente d'ailleurs dans la plupart des élections, en particulier aux présidentielles.

La crise sanitaire a des conséquences démocratiques. Le choix des politiciens d'organiser le premier tour des municipales était un non-sens à la vue de la détérioration de la situation sanitaire et le fait de décaler le second tour, alors que le maintien du premier ne pouvait se justifier que par le besoin impératif de changement de l'équipe municipale dans les jours à venir, changement totalement absurde en cas de crise à gérer.

S'il y a un deuxième tour, cela ne change pas grand-chose si ce n'est la lecture d'un résultat du premier tour exacerbé mais qui peut être corrigé au second, si ce n'est pour les listes ayant obtenu moins de 5% ou 10% des voix. S'il n'y a pas de second tour, le nombre de conseillers élus dans chaque liste est faussé par l'abstention et donc le climat de crise sanitaire.

La solution envisagée est l'acceptation du premier tour et un report du second. Voici la solution qui je pense est plus juste :

L'organisation d'un second tour dans TOUTES les communes selon les règles "extraordinaires" suivantes :

  • Les listes ayant obtenu moins de 5% des voix peuvent fusionner avec des listes ayant obtenu plus de 5% des voix (au lieu des listes ayant obtenu plus de 5% des voix actuellement).
  • Les listes ayant obtenues plus de 5% des voix peuvent se maintenir au second tour
  • Dans les communes dont une liste avait obtenu plus de 50% des voix au premier tour, il ne peut y avoir de dépenses supplémentaires liées au deuxième tour excepté le matériel de propagande officiel (réfléchir si obligation de conserver le même que le premier).
  • Une règle supplémentaire intelligente peut être ajoutée dans les communes faisant un second tour avec une victoire au premier tour : Le résultat de chaque liste sera le nombre maximum de vote obtenu entre le premier et le second tour. Ainsi, aucun candidat ne pourra dire que ses électeurs ne se sont pas déplacés au second tour au vu des résultats du premier. 

 

Refaire un premier tour n'est pas foncièrement utile. Mais en organisant ce 2eme tour dans toutes les communes, le gouvernement indiquerait que la démocratie doit être juste, intelligente et citoyenne.

Une pétition a été créée dans ce sens ici

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.