Pierre Terraz
Journaliste indépendant
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 févr. 2021

Pierre Terraz
Journaliste indépendant
Abonné·e de Mediapart

La voix de la jeunesse birmane

[TÉMOIGNAGE] Khant Wai Yan est élève de terminale à Rangoun. Il nous raconte la vie sous le régime militaire, ses désillusions sur la démocratie, et son espoir d'une aide internationale.

Pierre Terraz
Journaliste indépendant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les étudiants, seules personnes à réussir à contourner la censure sur internet, manifestent leur colère sur les réseaux sociaux. © Khant Wai Yan

Comment est la situation à Rangoun ces derniers jours?

KHANT WAI YAN. - Je ne suis plus sorti de chez moi depuis le 1er février, jour du coup d’État. Ce que je vois de ma fenêtre, ce sont des camions militaires et des soldats armés qui contrôlent la rue, il n’y a pratiquement aucune circulation civile. Le soir vers 20h, certains habitants se mettent à leur balcon et tapent sur des casseroles pour exprimer leur mécontentement. Dans la tradition birmane, cela signifie chasser les mauvais esprits. Tout semble déprimant.

La télévision est monopolisée par la propagande militaire, la seule chose qu’on peut y voir en boucle sont des images de soldats à l’entrainement. Personne ne sait ce qui va se passer et on ne peut rien faire, car on est au courant de rien. Mais il y a énormément d’étudiants qui protestent depuis leur clavier, qui écrivent, qui prennent des photos, qui s’engagent.

Qu'est-ce qui est le plus perturbé dans votre quotidien à l'heure actuelle?

Nous n'avons pratiquement plus de télécommunications. L’application Signal (une messagerie privée) fonctionne encore, mais personne ne s'en sert. Le problème du Myanmar est que 80% de la population se réfère uniquement à Facebook. Une grande partie de la population ne connait pas Google, Facebook est notre moteur de recherche principal. Or, l'application a été bannie par le gouvernement militaire. Cela signifie que nous sommes coupés du reste du monde. Certains jeunes arrivent parfois à contourner l'interdiction avec des VPN (réseaux virtuels privés).

Les centres de vaccination et de test contre la Covid ont été fermés par l’armée. Nous avions reçu des doses de vaccins gratuits de l’Inde, mais le gouvernement a tout réquisitionné. Le virus pourrait s’empirer, mais on ne peut pas réellement savoir car les statistiques actuelles ne sont pas fiables.

Pensez-vous que la population va se rassembler pour soutenir Aung San Suu Kyi?

Je pense que 90% de la population soutient Aung San Suu Kyi. Mais il y a une petite fraction de privilégiés qui soutiennent le gouvernement militaire, ceux dont le privilège est issu de ce système, et ils essayent d’influencer l’opinion en faveur de la junte. Le plus grand danger réside surtout chez les plus pauvres. Des rumeurs racontent que l’armée les paye suffisamment pour participer à de faux rassemblements en faveur du nouveau gouvernement militaire. Il y a aussi une peur de manifester. On ne sait pas comment cela pourrait se passer si on descend dans la rue.

 Comment imaginez-vous le futur de la démocratie en Birmanie?

Plus petit, j’ai toujours vécu sous le régime militaire : en 2007, il y a eu de grandes tensions durant la révolte des moines. Mais je n’ai jamais connu ce que mes parents ont connu. En 1988, mon père a participé à un soulèvement populaire réprimé dans le sang. Il s’est fait tirer dessus, il a dû fuir le pays. Je suis simplement content de ne pas être dans cette situation et de pouvoir vivre dans mon pays, même s’il y a des perturbations.

J’espère que nous allons avoir de l’aide de l’extérieur, mais l’ONU ne fait rien pour nous. Une intervention internationale est nécessaire, auquel cas il est presque certain que la junte militaire va rester au pouvoir. Le problème, c’est qu’aucun pays ne veut venir nous aider. La Thaïlande et les pays voisins ne nous soutiennent pas, et les pays occidentaux sont sous pression de la Chine et de la Russie.

Le gouvernement militaire a annoncé vouloir organiser de nouvelles élections, pensez-vous que cela va arriver?

Ils vont probablement organiser de nouvelles élections en novembre prochain, mais en disqualifiant d'office la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti d’Aung San Suu Kyi. Cela est déjà arrivé en 1992, avec le général Than Shwe.

Je suis triste pour mon avenir, j'avais des projets d'aller étudier dans un collège aux États-Unis. Mais notre aéroport est totalement fermé, et je ne sais pas si je pourrais y aller un jour.

 LIRE AUSSI > Coup d’État en Birmanie: itinéraire d’un espoir déchu

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
Journal — Asie et Océanie
Xi Jinping, le pompier pyromane
L’atelier du monde est au bout du rouleau et dans toute la Chine, des protestations réclament la fin des mesures draconiennes de contrôle social décidées au nom de la lutte contre le Covid. Le numéro un chinois est pris au piège de sa politique autoritaire.
par François Bougon
Journal — Transparence et probité
Le n°2 de l’Élysée, Alexis Kohler, s’enferre dans le déni face aux juges
Mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » en septembre, le secrétaire général de l’Élysée se voit reprocher « sa participation » comme haut fonctionnaire, entre 2009 et 2016, à des décisions touchant le groupe MSC, lié à sa famille. Lors de son interrogatoire, il s’est dit « choqué » que « son intégrité » soit mise en cause.
par Martine Orange
Journal
Soupçons de fraude fiscale : la justice saisie du cas de l’ex-ministre Caroline Cayeux
La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a fait savoir mardi qu’elle avait signalé au parquet de Paris le cas de Caroline Cayeux, ministre démissionnaire du gouvernement, soupçonnée d’évaluation mensongère de son patrimoine et de fraude fiscale.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart