PIERRU
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 mars 2015

PIERRU
Abonné·e de Mediapart

Quelques réflexions sur le Arfi-Perraugate

Cher(e)s Médiapartien-ne-s,Médiapart se voulait un journal participatif : depuis deux jours, dans le sillage de la publication du "parti-pris" de Arfi et Perraud, la réalité écrase l'ambition des initiateurs de ce journal : plus de 1800 commentaires, massivement indignés, des menaces de désabonnement en rafale, des critiques argumentées, quelques mouches du coche venant appuyer la diatribe anti-mélenchon de nos deux éditorialistes et titiller les convictions de gauche des autres abonnés.

PIERRU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cher(e)s Médiapartien-ne-s,

Médiapart se voulait un journal participatif : depuis deux jours, dans le sillage de la publication du "parti-pris" de Arfi et Perraud, la réalité écrase l'ambition des initiateurs de ce journal : plus de 1800 commentaires, massivement indignés, des menaces de désabonnement en rafale, des critiques argumentées, quelques mouches du coche venant appuyer la diatribe anti-mélenchon de nos deux éditorialistes et titiller les convictions de gauche des autres abonnés.

Cette affaire m'inspire quelques réflexions en forme de questionnements :

1. Médiapart ne devrait-il pas officiellement assumer sa ligne politique favorable à l'aile gauche et aubryste du PS ? En effet, à mesure que le climat politique s'alourdit, que la défaite électorale à venir du PS dessine plutôt une déroute, il semble que ce journal se soit résolu à dézinguer tout ce qui est à la gauche du PS (Front de Gauche, Nouvelle Donne, Ecologie politique) tout en continuant à taper sur la droite Hollando-Vallsiste, en même temps qu'il donne une surface éditoriale démesurée à des Montebourg et autres Hamon. Les lecteurs de Médiapart sont à l'évidence des individus politisés et informés : il ne faudrait pas les prendre pour des imbéciles. Au passage, votre engagement politique, respectable à défaut d'être original (en effet, nombre de médias dominants sont pro-PS), n'a que peu de chance de convaincre des gens dont les opinions politiques sont solidement ancrées.

2. L'hypocrisie qui entoure votre engagement politique n'est-il pas du à votre dépendance économique à un lectorat dont vous savez que le centre de gravité politique est plus à gauche que celui de votre rédaction ? D'une façon générale, un média n'échappe jamais à une forme de dépendance, quelle qu'elle soit : dépendance politique, dépendance aux annonceurs, dépendance aux lecteurs...

3. Un parti-pris autorise-t-il à s'affranchir d'un minimum de déontologie journalistique ? En effet, proposer une interprétation des faits (ici des écrits de Mélenchon) n'autorise pas à déformer voire à détourner ces faits afin de mieux satisfaire des haines personnelles. Quelques bons mots, de la morale et de l'acrimonie n'ont jamais fait un bon papier.

4. Un journal peut-il maltraiter ses abonnés lecteurs en les prenant non seulement pour des imbéciles en tentant de les manipuler mais aussi en les toisant avec mépris dans les réponses que ses journalistes font aux commentaires indignés ? Il y a là un vrai problème : un journal doit avoir du respect à l'égard de ses lecteurs, ce qui ne signifie pas les caresser dans le sens du poil politique.

5. Est-ce que critiquer ce parti-pris malhonnête intellectuellement fait de vous un béat de Mélenchon, un stalinien sectaire aux pulsions criminelles, ainsi que le sous-entend le papier incriminé ? Il y a là à l'évidence un syllogisme méprisant et méprisable. La lecture des commentaires montre que beaucoup ont des réserves – voire n'aiment pas – à l'égard de Mélenchon mais aussi que les lecteurs détestent qu'on cherche à les manipuler avec des arguments fallacieux.

6. Les abonnés, dans leur majorité, cette polémique l'a révélé avec éclat, et à rebours de ce qu'affirme un Antoine Perraud, rejettent le PS, et ils sont à l'image du peuple de gauche : en fait, nombreux sont ceux qui, comme moi, se sont abonnés à Médiapart pour échapper au matraquage des médias dominants qui, comme France Inter, Le Monde, Libération ou Le Nouvel Observateur sont devenus les porte-parole de ce parti qui dispose d'une bienveillance médiatique disproportionnée en comparaison de son audience électorale. Quelles raisons auraient-ils de continuer à financer un journal qui s'aligne sur la doxa médiatique, même si c'est à ses marges ? Je pense par exemple au suivisme de Médiapart à l'endroit d'un "esprit du 11 janvier" qui relevait davantage de la manipulation politique de haut niveau plutôt que de la réaction républicaine réfléchie.

7. Médiapart n'est-il pas victime d'une forme d'institutionnalisation et, surtout, d'un enfermement social et intellectuel lié à la fréquentation assidue du petit monde parisien, qui l'éloigne de plus en plus du vécu de très nombreux électeurs ?

J'avoue que je m'interroge énormément sur mon abonnement, comme beaucoup. Je demande avant tout à Médiapart une information originale, loyale, équilibrée, honnête, et non un engagement politique quel qu'il soit. En fait, si je reste pour le moment abonné, c'est parce que je n'ai pas envie de renoncer aux échanges fructueux et sympathiques que je peux avoir ici avec d'autres abonnés fidèles. Il appartient désormais à la direction de Médiapart de choisir s'il veut rester un journal à part entière ou devenir un simple réseau social, dans lequel les abonnés sautent les articles pour aller directement lire les commentaires, ce qui est très souvent mon cas tant la qualité éditoriale est en baisse, à quelques exceptions près (Martine Orange, beaucoup de papiers de Laurent Mauduit, Jade Lindgaard).

En exergue de ce billet, je me permets de citer un extrait de la charte professionnelle des journalistes, dont Morvandiaux m'a gentiment indiqué l'adresse internet. En effet, Antoine Perraud aime invoquer la charte de Médiapart pour censurer certains commentaires qui lui déplaisent. Donc charte contre charte. [Un journaliste] "tient l’esprit critique, la véracité, l’exactitude, l’intégrité, l’équité, l’impartialité, pour les piliers de l’action journalistique ; tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, l’altération des documents, la déformation des faits, le détournement d’images, le mensonge, la manipulation, la censure et l’autocensure, la non vérification des faits, pour les plus graves dérives professionnelles". On en demande pas plus. Et, dans ce parti-pris, on en est très loin. 

PS : les copains, ne vous désabonnez pas, sinon on va se sentir encore plus seul politiquement ! Je reste abonné pour échanger avec vous.

PS 2 : d'autres liens vers des billets d'abonnés froissés ou indignés :

http://blogs.mediapart.fr/blog/liberte21/060315/s-il-te-plait-mediapart-explique-moi-explique-nous-pourquoi-tu-nous-insultes

http://blogs.mediapart.fr/blog/nicolas-corte/070315/melenchongate-sur-mediapart-quelles-consequences

http://blogs.mediapart.fr/blog/eric-noire/060315/melenchongate

http://blogs.mediapart.fr/blog/noushka/080315/polemique-arfi-perraud

http://blogs.mediapart.fr/edition/boulevard-des-mots-dits/article/080315/saute-cadavre-surprenant-neologisme-pour-saute-ruisseaux-mal-inspires

http://blogs.mediapart.fr/blog/horus/060315/parti-pris-ou-diffamation

http://blogs.mediapart.fr/blog/register/270215/mediapart-victime-collaterale-de-charlie-hebdo

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod