Un parachute doré pour les élus

Cher-e-s Mediapartien-ne-s,

En lisant un fil de commentaires, j'apprends avec stupéfaction que les parlementaires viennent d'avoir l'outrecuidance de voter à l'unanimité un doublement de la durée d'indemnisation des élus en cas de défaite électorale.

Ici : http://www.assemblee-nationale.fr/14/cri/2014-2015/20150187.asp#P485237

"Pour les élus qui avaient quitté un emploi précaire et qui se retrouvent sans emploi à l'issue du mandat, nous avons décidé d'allonger de 6 mois à un an le versement de l'allocation différentielle de fin de mandat" (1).

Et pendant ce temps, ces messieurs font la pédagogie de la "crise", s'en prennent aux chômeurs et aux plus pauvres, accroissent les inégalités, stigmatisent l'assistanat, font l'apologie de la précarité contre le CDI... Pour les chômeurs, il faut réduire la durée d'indemnisation pour les inciter à retourner au plus vite sur le marché du travail et prendre n'importe quel boulot. Pour les élus, c'est l'inverse. C'est que les uns et les autres ne sont pas faits du même bois...

Au passage, ils tentent de nous culpabiliser avec le FN et nous donnent des leçons de maintien républicain ! Un culot cosmique. Du crétinisme parlementaire à l'état pur. Du corporatisme étroit de professionnels de la politique, ce même "corporatisme" qu'ils se plaisent tant à fustiger chez les autres (cheminots, taxis, notaires, pharmaciens, etc.).

On comprend maintenant pourquoi ces petits messieurs sont si réticents à encadrer les pratiques de rémunération obscène du grand patronat : secrètement, ils rêvent de la même chose.

Ils anticipent certainement le plan social qui va leur tomber sur le râble bientôt.

Evidemment, on pense à Audiard : un con, ça ose, et c'est même à ça qu'on le reconnaît. Car la morale de l'affaire est limpide : lorsque l'on évoque le statut des salariés "ordinaires", c'est toujours pour l'aligner vers le bas au nom de la "compétitivité" ; quand il s'agit du statut des élus, c'est toujours pour une amélioration, étant entendu que ces derniers sont des bêtes de compétitivité et de productivité... Cherchez l'erreur. Ainsi va la "démocratie" française. A titre personnel, je ne parviens pas à me résigner devant un tel cynisme. C'est peut-être un tort, mais je suis estomaqué par un tel mépris du peuple souverain.

Ce scandale, au passage, se décline en une multitude de variantes, petites et grandes. Ainsi a-t-on appris cette semaine que le PDG de Radio France avait décidé de refaire son bureau pour la coquette somme de 100 000 euros au moment où il s'apprêtait à annoncer un plan d'économies drastiques et sa charette de licenciements à la clé. L'Ancien Régime a bien phagocyté la Révolution.

PS : on ne peut que remarquer le silence pudique des principaux médias sur cette information scandaleuse... Il ne faudrait pas que les turpitudes de nos "élus" n'alimentent le vote FN. Mieux vaut casser le thermomètre plutôt que de combattre la fièvre. Il est beau cet entre-soi politico-médiatique.

(1) Je remercie 403 pour le lien officiel

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.