PIERRU
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 févr. 2017

De la critique du journalisme chez Médiapart

Quand les journalistes inventent des dispositifs supposés mettre en débat la pratique du journalisme et ses relations avec les lecteurs, il y a fort à craindre qu'ils ne servent qu'à mettre les journalistes en position d'arbitre, au-dessus de la mêlée, pour mieux critiquer des abonnés qui ne seraient pas à la hauteur de leur idéal de la Démocratie. La soirée de mercredi est emblématique.

PIERRU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Ni rire, ni pleurer, mais comprendre"

Baruch Spinoza

J'ai jeté un coup d'oeil distrait ce matin à la soirée organisée par la rédaction de Mediapart sur l'avenir du participatif. 

Après avoir lu le billet de Pascal Maillard, il n'y a guère de choses à ajouter. 

Je soulignerai seulement ici que les journalistes aiment faire parler, en s'en faisant les porte-parole, les "majorités silencieuses", un peu comme ils font parler "l'opinion publique", laquelle pense beaucoup de choses, à commencer par ce que pensent les journalistes qui s'en réclament. 

M. Bonnet et sa consoeur présupposent ainsi que ceux qui ne commentent pas sont "dissuadés" de le faire par les commentateurs récurrents. Mais qu'est-ce qui les autorise à postuler cela ? Rien, hormis la volonté de se placer au-dessus de la mêlée pour mieux tancer les abonnés indociles. Mais peut-être que beaucoup participent par procuration, estimant que ce qu'ils pensent a déjà été écrit ? Peut-être que d'autres se moquent des commentaires qu'ils ne lisent guère ? Peut-être que certains, au regard du racisme de l'intelligence pratiqué par un Perraud ou un Corcuff, dont les billets aussi vides qu'arrogants sont systématiquement placés en Une du Club, sont dissuadés de le faire en ayant peur de subir les foudres de ces deux Phares de la Pensée ?

Vous ne pouvez, en toute rigueur, rien dire de celles et ceux qui ne commentent pas, sauf à les interroger directement ; la ventriloquie sociale n'est qu'un artifice rhétorique bien connu.  

Surtout, quelle incapacité à vous remettre en cause ! Vous devriez pourtant vous interroger sur la façon dont vous avez de vendre une ligne pro-PS, assez vulgaire au sens de répandue dans la presse, avec des rapprochements douteux, des allusions fourbes, parfois des insultes gratuites, etc. Les biais sinon l'hostilité déclarée : voilà ce qui met souvent le feu aux poudres. Ainsi, pour ne prendre que cet exemple récent, quand vos deux journalistes évoquaient un "Front de gauche" défunt pour parler de FI, et qui se sont refusés à toute modification malgré les remarques de nombreux abonnés. Est-ce là la manifestation du sérieux journalistique et de l'interactivité dont vous vous réclamez ? 

Pour être coordinateur du programme santé de FI, je constate chaque jour l'intelligence collective de très nombreux sympathisants qui prennent de leur temps pour rédiger des notes ou des suggestions afin de nourrir les orientations programmatiques du mouvement. Ces notes sont souvent précieuses, toujours pertinentes. Elles font progresser la qualité du programme. Il y a aussi les nombreuses soirées thématiques organisées partout en France, au cours desquelles les gens viennent discuter santé, soins, prévention.

Alors, lire que les sympathisants sont des gros beaufs "melenchonâtres" incultes et fascisants, oui, cela met inévitablement en rogne, au moins pour celles et ceux qui ont le sens de la justice ; un tel mépris, une telle condescendance et une telle disqualification collective sont inadmissibles, surtout de la part de pseudo-journalistes. Les sous-entendus de certains journalistes de Mediapart et les parti-pris outranciers d'autres attestent de préférences politiques peu compatibles avec une neutralité minimale ou, pire encore, d'une suffisance coupable. 

Je note d'ailleurs que lorsque les papiers sont purement factuels ou les analyses équilibrées, il n'y a jamais de débordement, hormis quelques trolls habituels. Les abonnés sont dans leur immense majorité respectueux quand ils sont respectés. Mais lorsque certains journalistes se prennent pour les arbitres des élégances politiques ou encore pour des guides moraux, infantilisant les lecteurs, cela dérape, inévitablement. Pas la peine donc de venir jouer les pompiers pyromanes. 

Perraud, sa morgue, sa suffisance et son hypocrisie me sortent par les yeux. Qu'il donne des leçons de civilité alors que c'est le spécialiste de l'insulte, de l'humiliation et du procès d'intention, c'est le comble. Hier soir encore, il a fallu, bouffi d'orgeuil, mais surtout ridicule, qu'il fasse la leçon sur le Mister (Mr) utilisé en lieu et place de Monsieur (Môssieur pour Perraud). C'était là, en effet, un point vital. Il fallait que ce soit dit. Espérons qu'il a bien dormi. 

Mediapart, qui devrait refaire sien le propos de Spinoza en exergue,  c'est définitivement terminé pour moi. J'avais pris la décision de me réabonner il y a quelques mois. Je le regrette aujourd'hui. Je ne ferai plus cette erreur. 

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone
Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne
Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille
Billet de blog
Lettre ouverte d’étudiantes d’AgroParisTech
Ces étudiantes engagées dans la protection contre les violences sexuelles et sexistes dans leur école, réagissent à “Violences sexuelles : une enquête interne recense 17 cas de viol à AgroParisTech” publié par Le Monde, ainsi qu’aux articles écrits sur le même sujet à propos de Polytechnique et de CentraleSupélec.
par Etudiantes d'AgroParisTech