Pinar Selek
Militante de la poésie
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 mars 2019

Ce 8 mars 2019… Grève internationale des femmes?

Curieusement pas encore très visible en France, une nouvelle action féministe se prépare à secouer plusieurs pays... Je parle de la grève internationale des femmes, ce 8 mars. Les mouvements féministes sont en train de transformer une forme d’action traditionnelle : une réponse féministe par le bas se construit, comme une réponse à la mondialisation des élites.

Pinar Selek
Militante de la poésie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Curieusement pas encore très visible en France, une nouvelle action féministe se prépare à secouer plusieurs pays, dans les différents coins de la planète. Je parle de la grève internationale des femmes, ce 8 mars. Vous allez me dire : « Tu parles de la grève ? C’est ça la ‘nouvelle action’ ? On la connait depuis une éternité ! »
Oui, mais on ne parle pas de la même chose. Cette fois-ci, ce ne sont pas les syndicats qui tiennent la barre : les mouvements féministes sont en train de transformer une forme d’action traditionnelle pour qu’elle corresponde au contexte actuel.


Vous connaissez Non Unas de Menos (Non Une de Moins) ? Née d’abord en Argentine, en 2015, contre les féminicides, ce mouvement s’est élargi, assez rapidement aux pays d’Amérique du sud, ensuite vers l’Europe : d’abord en Espagne, puis à l’Italie (Non Una di Meno), en créant de nouvelles stratégies de narration, d’action, de revendications et d’alliance. Aujourd’hui, Non Unas de Menos présente en son sein une grande pluralité de militant.es de différentes générations, de milieux sociaux, d’appartenances multiples et réussit à mobiliser des centaines milliers de personnes, prenant la rue, se réappropriant la parole et l’espace public. Et depuis 2017, ce mouvement organise la grève internationale des femmes qui était très réussie, l'année dernière, en Espagne. Ce 8 mars 2019, cette action prend de l’ampleur : les féministes italiennes, espagnoles, belges, allemandes, suisses attendent une très importante participation. Les féministes françaises suivent aussi cette mobilisation historique.


Mais on parle de quelle grève ?
Au début, les syndicats de plusieurs pays ont également posé la même question: « Il y a déjà les préavis de grève, chaque 8 mars, nous demandons que le 8 mars soit un jour férié comme le 1er mai. Qu’est-ce qu’il veut de plus le mouvement féministe ? » En plus, récemment, les pouvoirs publics à Berlin ont entendu cette revendication, en faisant du 8 mars un jour férié. Mais pourquoi le mouvement féministe allemand continue-t-il à faire appel à la grève ? Quelle grève pour un jour de férié ?

Mais dans le contexte de « féminisation symbolique » du travail, il n’y a pas de jour férié. C’est-à-dire ? La mondialisation de l’économie néolibérale qui se traduit par la centralisation des richesses, la dérégulation des marchés, la privatisation des services sociaux, la concentration des entreprises et leur transnationalisation, a pour conséquence de mettre à profit les disparités qui existent à l’échelle mondiale, en rendant plus vulnérables les groupes sociaux qui sont en bas de la hiérarchie sociale. Dans ce contexte, la féminisation symbolique du travail dessine la précarisation globale de l’emploi et le vaste sous-salariat informalisé. Quant aux formes classiques de grève, elles ne répondent plus à ces nouvelles formes de servilité. Les féministes redéfinissent alors le sens de cette notion de « grève », en élargissant ses champs d’action. C’est pour cela, à peu près dans chaque pays, au début, les syndicats traditionnels étaient embarrassés : comme ils détiennent la barre de cette action, ils n’arrivaient pas à comprendre sa redéfinition par le bas. Heureusement, ils commencent à trouver leur place dans l’organisation de cette action transnationale qui promet d’être de plus en plus forte et subversive.


Multiplication des pratiques de grève
Il y a des petits manuels de « Pratiques de grève », en espagnol, en anglais, en flamand, en français, en italien, en arabe…qui se diffusent dans les quartiers, dans les bars, les marchés, même dans les salons de coiffure. Les femmes discutent, car elles apprennent qu’elles peuvent la pratiquer de diverses façons : « avec une petite affiche sur les fenêtres, une petite fuite vers les luttes. Chacune trouvera sa façon de faire ». Dans ces manuels, il y a plusieurs formes proposées : « Porte quelque chose et rends visible ton adhésion à la grève : reconnaissons-nous ! Si tu es salariée, fais valoir tes droits : Que ton syndicat ait adhéré ou non à la grève féministe, l'appel à la grève a été relayé par toutes les organisations syndicales et cela signifie qu'il existe une couverture syndicale générale. Si tu es auto-entrepreneuse ne prête pas tes services, communique ton choix à tes collègues et clients. Si tu ne peux pas t'abstenir, ralentis ton travail autant que possible. Mets en place la grève des mails. Active la réponse automatique qui fait référence à la grève féministe. Si tu es au chômage abstiens toi de la recherche d'un emploi. Fais rentrer la grève féministe dans les lieux de formation pour qu’on parle de notre action. Forme ton équipe de grève : au moins avec deux autres femmes. Mets en place la grève du sourire aux clients et usagers. Fais la grève du travail domestique et de soin. Libère ton temps. Fais la grève de consommation. N’achète rien ! »


Les féministes expérimentent une action insurrectionnelle, qui, dans quelques années, sortira peut-être du cadre du 8 mars, pour durer trois, cinq, dix jours ou plus. Une réponse féministe par le bas se construit, comme une réponse à la mondialisation des élites. Elle est acrobatique et maline. Difficile d’empêcher et de la contrôler.

Comme disait un dicton arménien : « L’eau coule et trouve son chemin ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal — Climat
Face à la sécheresse, organiser collectivement la solidarité
La sécheresse est en train de dévaster l’Inde et le Pakistan. Ce type d’épisode, de plus en plus fréquent, ne se limite plus aux pays en voie de développement. En France, une vingtaine de départements font déjà l’objet de mesures de restriction d’eau.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Asie
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart